Index de l'article

  • Revoir le témoignage de l'émission « Le Jour du Seigneur »

« La Force d'être vulnérable »

  • Extrait de l'homélie du Dimanche de la Santé :

Frères et sœurs,

Jésus nous invite à larguer les amarres, à oser le large. Il l’a fait lui-même en quittant l’intimité de Nazareth pour rejoindre Capharnaüm, ville frontière, au carrefour des peuples, des religions et des cultures. Il s’aventure même dans une ville interdite de Samarie. Oser le large, c’est aussi avoir l’audace de Jésus-Christ. Suivre un Jésus libre, frère universel qui n’est la propriété d’aucune Eglise, un Jésus meurtri, blessé, bouleversé par toutes les formes de souffrance et d’injustice.
Oser le large à l’exemple de Jésus, c’est rejeter la pensée unique, devenir prophète et comme nous y invite notre pape François, rejoindre les périphéries, ne pas nous installer dans le ronron de nos sacristies. C’est partager le quotidien de nos frères, là où ils vivent, chantent, pleurent, espèrent, entreprennent, souffrent et meurent.
Oser le large, c’est comme Jésus l’a fait, fréquenter la foule de pauvres gens : les blessés de la vie, de l’amour, les estropiés du cœur, du corps et de l’esprit. Regardons autour de nous : ils sont légion, les yeux rougis par les larmes, quémandant un sourire, une main tendue, un peu de chaleur humaine.

Frères et sœurs, en ce jour où nous célébrons le dimanche de la Santé, laissons-nous interpeller par la chaleureuse présence, qu’assurent toutes les personnes engagées aux côtés de nos amis âgés, isolés, handicapés, malades.

Au milieu de l’océan de la souffrance et des questions sans réponse, elles osent prendre le large pour rencontrer le Christ dans l’humanité défigurée. Elles instillent, contre vents et marées, un salutaire goutte à goutte d’amour dans le cœur de ceux qui souffrent.

Père Denis Ledogar