Merci Benoît,

Merci au prêtre qu'il est et dont la voix, l'intériorité, l'enseignement et le dévouement
nous ont comblés et sont un beau témoignage de foi.

 

Ne vous imaginez pas que l’Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire. Ce dont on a besoin, c’est de continuer à aimer. Comment une lampe brille-t-elle, si ce n’est pas par l’apport continuel de petites gouttes d’huile ?
Qu’il n’y ait plus de gouttes d’huile, il n’y aura plus de lumière, Et l’époux dira : «je ne te connais pas.»
Mes amis, que sont ces gouttes d’huile dans nos lampes ? Elles sont les petites choses de la vie de tous les jours ; La joie, la générosité, les petites paroles de bonté, L’humilité et la patience, Simplement aussi une pensée pour les autres, Notre manière de faire silence, d‘écouter, de regarder, de pardonner, De parler et d’agir. Voilà les véritables gouttes d’Amour qui font brûler toute une vie d’une vive flamme.
Ne cherchez donc pas Jésus au loin ; Il n’est pas que là-bas, il est en vous. Entretenez bien la lampe et vous le verrez
.

C’est par cette prière de Mère Térésa que l’Abbé Benoît Nouvel a conclu son homélie, lors de sa messe de départ à Saint Martin le dimanche 5 septembre.

Après avoir rappelé ses nombreuses missions au sein de la paroisse pendant plus de 10 ans et avoir évoqué sa collaboration fraternelle avec les autres prêtres, notamment les abbés Daban et Dufourcq, l’Abbé Nouvel a souligné, au travers des textes de ce dimanche, l’importance du « devoir de s’asseoir », afin que nous sachions toujours choisir le Christ dans nos vies, avant nos attentes personnelles. Des croix se dressent dans nos vies, mais le Christ nous dit aujourd’hui « Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher derrière moi ne peut être mon disciple ». L’Abbé Nouvel nous a donc invités à bien entretenir nos lampes, pour continuer à avancer sur nos routes, parfois sinueuses !

Bonne continuation sur la vôtre, Père Nouvel, et à très bientôt. Lons n’est pas si loin !

Emmanuelle



Merci à l'accompagnateur des jeunes
et en particulier ceux de l'Ecole de la Foi,
mais aussi des paroissiens dont il a porté les souffrances ou partagé les joies.

Merci à l'ami fidèle

 

Merci au bout-entrain, à l'imitateur,

Merci pour l'humour



Merci au guide sûr, au montagnard qui conduit
sur les sommets des Pyrénées avec l'agilité d'un isard,
mais aussi sur des "sommets" qui mènent à la rencontre avec le Christ.

Que les nouveaux paroissiens ainsi que les jeunes que Benoît va côtoyer
puissent découvrir avec lui le bonheur de marcher vers le Christ,
même si les chemins sont tortueux.
Et que le MEJ, dans lequel il a grandi,
continue de lui apporter force et Bonheur.