Pour 10 jeunes de 11 à 14 ans,

découvrir et vivre ce beau Chemin,

tel a été le projet du camp de ces huit jours de juillet
en cette année sainte.

« Vivre le Chemin, c'est vivre une aventure humaine et spirituelle,
c'est emboîter nos pas dans ceux de tous les pèlerins qui nous ont précédés,
c'est rencontrer au hasard des chemins une multitude de personnes
de tous âges et de tous pays,
c'est aussi acquérir le sens des autres et le goût de l'effort »
La vie de camp avec ses services, ses discussions, ses moments de détente,
ses veillées, ses rires
et ses temps de prière, a aussi ajouté amitié et complicité au sein du groupe.

Dès le premier jour, dimanche 4 juillet, c'est à Marie, dans la petite chapelle "funéraire" d'Eunate,
que nous avons confié notre camp pèlerinage.

 

En vue de la marche du lendemain, après la fatigue d'une route un peu longue,
il est temps de « dérouiller » nos jambes en grimpant jusqu'à l'ermitage de San Guillermo



où nous avons eu le privilège de rencontrer l'ermite
et donc de rentrer dans la salle à manger où est peinte l'histoire de San Guillermo.



Mais le frère ermite ne s'est pas contenté de l'histoire, devant toute cette jeunesse à l'écoute,
il a tenu à partager sa foi et à dire ce qui lui tient à coeur :

« L'Esprit de Jésus Christ est en chacun de nous tout comme son amour...
Ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu'on vous fasse ...
Il y a trois choses à ne pas faire : se bagarrer, mentir et s'insulter.
Il y a trois choses à faire : être généreux et partager,
prier, pardonner et demander pardon ...
 »

Avec celà, l'esprit du camp est donné !

Avant de monter les tentes, retour à Puente La Reina,
(lieu de jonction des quatre principaux chemins français et début "del Camino Francès")
pour une prière devant le « Christ en Gloire ».
C'est aussi l'occasion de découvrir l'art roman très présent sur le chemin.




Lundi : première marche sur le chemin, Puente La Reina - Cirauqui.





Si le Chemin est un chemin de rencontre, avec les autres, avec soi-même et avec le Seigneur,
c'est aussi un chemin de rencontre avec l'histoire, l'art et la beauté,
qu'il s'agisse de riches demeures ou de simples maisons,
de paysages ou de petits détails au bord du chemin ...

 

 




Mardi : premières vraies rencontres avec les pèlerins et ... leurs difficultés :
- pouvoir boire quelque chose de chaud avant le départ,
ce qui nous a valu la joie de partager le petit déjeuner avec certains,



- avancer quand les pieds sont devenus très douloureux
et que la fatigue est très grande,
ou quand les genoux ne peuvent plus se plier pour descendre et ...
qu'il faut descendre à reculons ...
ou pire encore, comme ce pèlerin écossais mort cette année sur le chemin.



 

Mais cette deuxième marche, dans les vignes de la Rioja, entre Navarette et Najera,
a été aussi un moment agréable pour partager à deux ou trois ...



Najera, une halte paisible où l'accueil des franciscains est chaleureux
ainsi que celui du personnel du gîte de la "albergue de peregrinos"

 


Mercredi : nouvelle rencontre avec l'art inspiré par la foi à
Santo Domingo de la Calzada

 


"Marie allaite Jésus"

et à Burgos, avec ses dentelles de pierre

 




Jeudi : découverte du Chemin en Castille ... un "désert au milieu des blés" ...
d'immenses étendues qui, avec le printemps tardif, s'étaient parées de mille fleurs,
et où le village se laisse découvrir au dernier moment,
dans le creux du plateau.
Un lieu propice à la méditation ...








Hontanas


Vendredi : après les magnifiques vitraux de la cathédrale de Léon
et des pèlerins peu ordinaires ... (avant la finale) ... ,






c'est à la Croix de Fer, lieu très symbolique,
que se termine, pour nous, cette belle découverte du Chemin.



 

Au pied de la croix, chaque pèlerin laisse un peu de lui-même, ses soucis, ses mercis, ses souffrances, ses amis, sa famille, ses joies, ses efforts ...
un caillou venant de chez lui le plus souvent, un mot, une photo, une simple signature, un objet, un drapeau de prière tibétain ...
la trace de tous ces anonymes qui un jour sont partis seuls ou en groupe
pour des motifs très personnels.

Pour notre petit groupe, ce moment privilégié marque la fin d'une belle aventure
et peut-être le souhait intérieur de reprendre un jour le Chemin ...

En attendant, c'est une messe d'action de grâce que nous célébrons au pied de la croix de fer et avec tout un car de toulousains et de gersois heureux de cette rencontre inattendue.



Un très bon camp avec des jeunes qui sont bien rentrés dans le projet
avec leur enthousiasme, leur joie de vivre, leurs efforts et l'amitié qui les a unis.
Merci à chacun, à ceux qui les ont accompagnés
et à leurs parents qui leur ont permis de vivre un tel temps fort.

Retour en haut de page