Pour la première fois, un bon groupe de commerçants se sont retrouvés à la Maison Saint Jacques pour recevoir les vœux des prêtres et du Conseil Pastoral de la paroisse et partager la galette des rois.

  
                                           Présentation de l'équipe paroissiale

Environ 35 commerces très variés étaient représentés, et ... présentés avec humour par M. le curé.
Une ambiance très agréable à renouveler : l'invitation est lancée ain que, pendant le Carême, chacun puisse écrire le livre des fragilités et celui des merveilles pour préparer Diaconia 2013.


  

Vœux aux commerçants :

Chers amis commerçants….

Au nom de l’équipe des prêtres de la Paroisse du Christ-Sauveur et de son Conseil Pastoral, je suis très heureux de vous accueillir dans les locaux de la maison Saint Jacques, situé au cœur de la ville. La paroisse du Christ-Sauveur est une paroisse dans laquelle le commerce tient une grande place. Certains osent parler de 1000 commerces dans le centre ville. Vous êtes, pour une bonne part, le cœur battant de ces quartiers Saint Charles, Saint Joseph, Notre Dame, Saint Jacques et Saint Martin.

Bien sûr, vous êtes différents par le style de vos commerces… Il y a ceux qui permettent aux palais gourmands de citoyens de se régaler, ou tout simplement apportent le pain quotidien et la nourriture de chaque jour…. Il y a ceux qui permettent de paraitre beaux lorsqu’on se promène sur le boulevard des Pyrénées ou bien lorsqu‘il faut se rendre à une cérémonie ou marier sa fille ou son fils… Il y a ceux qui font peur aux maris ou aux époux… parce que des perles, des bagues ou des bracelets suscitent des mots bien doux auxquels ils ont bien du mal à résister… Il y a ceux qu’on essaye d’éviter car leur dégustation coûte cher en footing, en marches forcées ou  séance d’élimination de quelques kg…. Il y a ceux qui soignent, ceux qui embellissent nos maisons et nos tables de fêtes… ceux qui font rêver… ceux qui font parler…


   

Chers amis commerçants, vous êtes la vie de nos quartiers… Les beaux monuments, le patrimoine de notre belle ville de Pau seraient des joyaux sans écrin… c'est-à-dire que sans votre présence, sans votre travail, Pau risquerait de devenir une ville fantôme alors que depuis toujours Pau est une ville royale, c’est une dire une ville qui rayonne et qui vit….

Car c’est bien vers vous… que l’on va trouver dès le petit matin, qui pour acheter son journal et se tenir au courant de l’actualité locale… qui pour acheter son pain frais… ses légumes pour le repas des enfants… et que sais-je encore…. C’est-à-dire que vous êtes tous des commerces de proximité, en vous rendant proches des besoins des habitants de nos quartiers… vous leur permettez d’être proches les uns des autres des autres, vous tournez le dos à l’indifférence et à l’ignorance.

Grâce à vous, certains peuvent parler et échanger…
D’autres se font plaisir… il n’y aucun mal à cela…
D’autres vont sortir de leur isolement… d’autres vont se confier à vous…

Oui, vous les commerçants, vous êtes des créateurs de lien social et des acteurs de l’animation économique dans la ville et les quartiers. C’est vous qui maintenez un espace de convivialité dans nos quartiers.


   

Le commerçant est souvent un serviteur. Mais serviteur ne veut pas dire valet ou esclave. Le service n’est pas un abaissement quand ce service est reconnu dans sa dignité ; au contraire, il fait de toute personne un bienfaiteur, quelqu’un qui fait le bien. Le service n’est pas dégradant ; au contraire, il valorise, il met en lumière. Capter l’attention du client c’est tout un art… mais vous savez aussi que tout achat, tout compliment qu’un client vous adresse est aussi un honneur pour vous-mêmes, pour votre profession et pour le talent que vous y investissez…. 

Vos difficultés, en tant que palois et citoyen, mais aussi grâce aux échanges avec mes confrères, avec les membres du CPP et aussi avec vous-mêmes, j’en devine quelques unes :
La crise bien sûr, qui oblige bien des personnes à faire attention et à ne pas trop puiser dans les économies longuement épargnées…
La circulation et le stationnement, qui risquent de faire les beaux jours des trottinettes, des patins à roulettes et des skates pour les plus agiles !!!
Mais aussi les grandes surfaces qui incitent à acheter mais qui enlèvent tout plaisir, toute beauté et parfois pas mal de liberté aux achats !
Les travaux qui, même s’ils sont nécessaires, occasionnent gène et mauvaise humeur et refoulent bien souvent les clients à faire leurs achats dans des magasins aux accès plus commodes…
Et puis, il y a aussi, comme partout des rumeurs… on trouve rien… il faut aller à Tarbes, sur la Côte, en Espagne….

Dans ce contexte, quels sont les vœux que je vous adresse en tant que curé dans cette  paroisse ?

  

Et bien, tout d’abord une bonne santé, car c’est la santé qui vous donnera la bonne humeur pour accueillir vos clients, la patience pour supporter les aléas de la concurrence, de la crise, des travaux… et l’énergie pour que vos vitrines soient aussi belles que celles des Champs Elysées… vos étals aussi fournis et appétissants que les halles de Rungis, le Marché d’Aligre ou le Marché de Batignolles…

Je souhaite que vous sachiez prendre du temps pour vos familles, vos enfants et cultiver l’amitié…

Mais en tant que prêtre et votre curé,
Je souhaite que vous sachiez accueillir chaque client, qu’il soit fortuné ou en difficulté, avec honneur. Qu’il se sente accueilli chez vous pour ce qu’il est…
Dans notre monde individualiste et égoïste, vous êtes créateurs de liens et parfois confidents… Que la qualité de votre accueil permette aussi une certaine sympathie qui permette au client, outre d’avoir fait un bon achat, d’avoir passé chez vous, avec vous, un bon moment.

Je souhaite aussi que vous soyez des créateurs d’ambiance de quartiers

Je souhaite aussi que vos associations de commerçants vous soutiennent, que ce soit à la Place du Foirail, aux Halles ou dans l’hyper centre. Que ces associations soient vos interlocuteurs auprès des services de la Mairie. Que vos problèmes, vos situations soient évoqués avec justice car vous êtes une image de la ville, vous êtes aussi créateurs d’emplois…

Je souhaite aussi que dans notre monde difficile parfois dur, où malheureusement beaucoup de citoyens hésitent avant de rentrer dans nos magasins, je souhaite aussi que vous soyez sensibles aux plus démunis. Il me plait de souligner l’action de plusieurs commerçants des halles de Pau. « La Poule au pot » permet à des sans domicile fixe, mais aussi à des personnes rejointes par des associations, non seulement de passer un moment agréable entre générations différentes - parfois même en famille - entre personnes de milieux différents… mais aussi, elle redonne une place dans la société à plusieurs d’entre eux, que ce soit en CDD et même en CDI.

A vous tous, au nom des prêtres de la paroisse du Conseil pastoral paroissial, je souhaite beaucoup de courage, d’imagination, de créativité… Cultivez le relationnel entre vous et avec les palois, pour que la ville de Pau et son centre ville soit accueillant et chaleureux.


Après quelques Paroles de la Bible ou de Benoît XVI sur les commerçants, c'est la Prière des Commerçants qui a terminé ces vœux, puis chacun s'est présenté.

Prière du commerçant et de l’artisan

 Apprends-moi, Seigneur, à bien user du temps que tu me donnes.
Apprends-moi à tirer profit des erreurs du passé sans oublier les réussites,
Les unes comme les autres ont quelque chose à m’apporter.

Apprends-moi à unir la hâte à la lenteur, la sérénité à la ferveur, le zèle à la paix.
Aide-moi au départ de l’ouvrage… c’est l’instant où je suis faible.
Aide-moi au cœur du labeur… pour que soit bien tendu le fil de mon attention.
Dans tout labeur de mes mains, Seigneur,
Laisse une grâce de toi pour parler aux autres.

 Rappelle-moi que l’ouvrage de mes mains t’appartient.
Si je l’accomplis par goût du profit,
Comme un fruit oublié, je pourrirai à l’automne.
Si je l’accomplis pour plaire et pour briller,
Comme la fleur de l’herbe, je fanerai au soir.
Mais si je le fais pour l’amour du bien,
Je demeurerai dans le bien.
Et le temps de faire bien… et pour ta gloire,
C’est aujourd’hui, c’est tout de suite.

Alors… qu’ainsi soit-il.

 Auteur inconnu