Histoire du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

Né et développé tout au long du Moyen Âge, le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle connaît l’oubli au 19e siècle mais renaît au milieu du 20e. Un chemin plein d’histoires à découvrir à l'occasion de la saint Jacques fêté ce samedi 25 juillet 2020 !

Après l'histoire de ce chemin, nous retrouverons des témoins et les grandes étapes de ce chemin.

Compostelle par Jean-Christophe Rufin

L'académicien, écrivain, ancien diplomate, a fait le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, seul, pendant trois semaines.
Pourquoi est-il parti ? Quelle expérience a-t-il vécu ? Faut-il avoir la foi pour faire Compostelle ? Quelle valeur spirituelle a le chemin ?
Et après ? Quelque chose a-t-il changé dans sa vie après ce pèlerinage ?

Jean-Christophe Rufin raconte

 
Sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle

Il est parmi les pèlerinages un des plus importants et peut-être le plus célèbre. "Premier itinéraire culturel d'Europe", il attire pèlerins et marcheurs de tous horizons. La collection de quatre films (26 minutes environ pour chacun) correspond aux quatre étapes qui font du chemin de Saint-Jacques ce qu'il est, de la mise en route à l’arrivée en Espagne en passant par l’accueil des pèlerins.

1 - Je marche donc je suis

La marche, attitude naturelle de l’homme, est pourtant de moins en moins pratiquée au quotidien. Seule la randonnée pédestre connaît un regain d’intérêt ces dernières années car elle permet de s’évader d’un environnement trop urbain et de retrouver le contact avec la nature. Au-delà de l’activité physique et du dépaysement, la marche ne porte-t-elle pas une dimension plus complexe ? Rencontre avec des témoins qui considèrent la marche et le pèlerinage comme incontournables pour réintroduire du sens à leur existence.

Bernard Ollivier a créé l’association Seuil pour venir en aide aux jeunes en très grande difficulté en leur redonnant confiance en eux par la marche. Édouard Cortès vient d’accomplir avec sa femme le plus grand pèlerinage de leur vie : Paris-Jérusalem à pied sans argent, à la manière des pèlerins du Moyen Âge. D’autres randonneurs ont emprunté les chemins de Compostelle, une route rattachée à une histoire et une culture. Pourquoi ce trajet à pied est-il si particulier ? Au travers de la marche, qu’ont-ils découvert, d’eux-mêmes, de Dieu ?
À travers le témoignage de pèlerins et randonneurs, ce film est une réflexion sur le sens intérieur de la marche. Il introduit les trois autres épisodes sur les chemins de Saint- Jacques. En quoi la marche fait-elle vivre une expérience humaine, spirituelle et parfois religieuse ? Que vivent particulièrement les non-croyants ?

Avec :
Bernard Ollivier, créateur de l’association SEUIL pour venir en aide aux jeunes en très grande difficulté en leur redonnant confiance par la marche, Edouard Cortès et sa femme qui viennent d’accomplir le pèlerinage Paris-Jérusalem à pied et sans argent, des randonneurs sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

2 - L'appel du chemin

Qui sont donc ces pèlerins qui quittent leur confort et qui se mettent en marche vers cette extrémité de la terre, en Galice ? Chrétiens ou non, ils n’empruntent jamais cette route par hasard. Que cherchent-ils ?

« Celui qui a fait le chemin n’est plus jamais le même » affirment-ils souvent. À la différence des pèlerinages à Jérusalem et à Rome, les chemins de Compostelle exigent une dynamique de déplacement et intègrent une dimension spirituelle particulière. La vie quotidienne est mise entre parenthèses pour vivre un moment rare et précieux face à soi-même. Cette quête existentielle actuelle attire toujours plus de pèlerins depuis vingt ans.

Dans un contexte de déchristianisation massive, cet étonnant renouveau mérite un arrêt sur images. Pèlerins d’hier et d’aujourd’hui partagent leur expérience vécue au long de ce « chemin d’Amour, chemin de Vie, chemin d’Humanité ». Un pèlerinage nourri de sensations profondes et de moments humains intenses. Témoignages.
À travers le portrait de Thibaut parti pour chasser sa colère, ce film cherche à rendre compte de l’intensité qui se vit sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Laurence Chartier s’efforce de capter en profondeur, ce qui fait l’essence même de ce pèlerinage si particulier, inscrit dans la tradition catholique comme un acte de foi.

Avec :
Thibaut, animateur socio-culturel, parti de Tours qui marche depuis un mois pour Compostelle et les pèlerins qu’il a rencontrés.

3 - La providence sur le bord du chemin

La route du Puy-en-Velay est l’un des quatre chemins de France qui mènent à Saint-Jacques de Compostelle. Sur le trajet, en Auvergne et dans le département du Lot, la maison de Jean-Marc et Marie Lucien, le couvent des soeurs des Filles de Jésus et le petit refuge de Bernadette Laville accueillent les marcheurs, dans la grande tradition de l’hospitalité chrétienne. Ces hôtes donnent au mot accueil un sens profond qu’ils accomplissent dans la foi. Ils ont beaucoup à offrir aux pèlerins parfois en mal de repères.

La halte sur le chemin, qu’elle soit longue ou courte, permet de se ressourcer physiquement et spirituellement et d’envisager au mieux la marche à venir. Ces lieux de repos sont aussi des lieux d’échanges enrichissants avec l’étranger de passage, le pèlerin, la religieuse, le promeneur, le randonneur…
Au travers de rencontres inattendues et de personnalités très variées, voici une plongée au coeur de la fraternité et de la spiritualité qui habitent la foi des marcheurs comme celle des hôtes qui les reçoivent.

Vivre l’accueil sur les chemins de Compostelle plutôt que l’expliquer, telle est l’ambition de ce documentaire. Une invitation pour le téléspectateur à faire le voyage et à se sentir accueilli lui aussi, afin de repartir différent de cette étape du pèlerinage.

Avec :
Jean-Marc et Marie Lucien, les soeurs du couvent des Filles de Jésus et le petit refuge de Bernadette Laville.

4 - Ultreïa ! L'arrivée à Saint-Jacques

Six pèlerins arrivent à Compostelle. Le téléspectateur les accompagne sur les derniers kilomètres, à tour de rôle. Quatre sont croyants, les deux autres ne le sont pas. Marie-Noëlle et Joseph effectuent leur 62e jour de pèlerinage d’affilée. Hans est venu d’Allemagne pour emprunter le dernier tronçon du parcours. Marie a parcouru 700 km depuis Saint Jean-Pied-de-Port. Tout comme les Belges Roberto et Deborah qui, eux, sont athées.

Selon que l’on se déclare chrétien ou non, l’arrivé est-elle vécue différemment ? Dans tous les cas, c’est l’apothéose et l’émotion lorsqu’ils arrivent sur la place de la cathédrale. Puis la découverte de la ville et de ses trésors. Ils retrouvent des pèlerins croisés quelques jours plus tôt, échangent leurs impressions, leurs souvenirs sur le Camino. Enfin, ils obtiennent le dernier tampon, leur « diplôme de pèlerin ». Ultreïa ! Allons plus loin ! L’arrivée est un nouveau départ puisqu’il faut repartir vers un avenir imprégné de cette expérience unique.

Avec ce documentaire, Olivier Brunet tente de capter les émotions, les tristesses et les bonheurs des pèlerins à leur arrivée à Saint- Jacques de Compostelle : la fin du chemin !

Le Puy-en-Velay. Sur les chemins de Saint-Jacques

La spécificité du Puy-en-Velay est d’être à la fois un sanctuaire marial et un point de départ de la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Dans l’effort de l’ascension et de la marche, des pèlerins de plus en plus nombreux quêtent foi, paix et sérénité. L'artiste du pays, Dominique Kaepplin les as sculptés dans le bois. Découvrez notre film sur sa dernière œuvre La mise au tombeau du Christ.

Adoptée par la ville dont elle s’est appropriée l’histoire par un « corps à cœur », Marie-France Coyras est guide-conférencière de la cité épiscopale du Puy-en-Velay. Passionnée et passionnante, elle retrace l’histoire de la cathédrale dont l’architecture porte les traces de l’art byzantin et espagnol.

Au culte de la Vierge noire s’est adjoint au 10ème siècle celui de l’archange Saint Michel. L’évêque Gothescalk lui aurait dédié une chapelle au retour de son premier pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle.
La spécificité du Puy-en-Velay est d’être à la fois un sanctuaire marial et le point de départ de la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Un lieu de rassemblements de pèlerins de plus en plus nombreux qui dans l’effort de l’ascension et de la marche quêtent foi, paix et sérénité à l’image de tout chrétien sur terre.