En ce dimanche 24 novembre 2013, fête du Christ Roi de l'univers : « l'Année de la Foi » se referme pour faire place à « l'Année de l'Évangélisation », mais pour grandir dans la Foi, ce n'est pas une fin, mais un nouveau départ pour continuer d'avancer, et peut-être une autre étape à franchir.

C'est pour cela que, malgré le froid et la pluie, que l'accueil s'est fait dehors, devant le porche, afin de refranchir ensemble la « Porte de la Foi » symbolisée par la porte de l'Église.

 

Bénédiction de l'eau et aspersion.

La chorale et les animateurs sont toujours prêts pour magnifier les célébrations qui marquent des étapes importantes, ainsi que les organistes, les servants, servantes et fleuristes. Merci à chacun, sans oublier ceux qui œuvrent dans l'ombre, les jours précédents, pour tout préparer.

Accueil de Mgr l'évêque.

Lecture du 2ème livre de Samuel (2S 5, 1-3)

« ... Ils donnèrent l'onction à David pour le faire roi sur Israël. »

Psaume 121


Clôture Année de la Foi Psaume par SF-pau-64

Lecture de la lettre de Saint Paul aux Colossiens (Col 1, 12-20)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Luc (Lc 23, 35-43)

C’est sur la Croix que Jésus se révèle roi.

On venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à regarder. Les chefs ricanaient en disant : « Il en a sauvé d'autres : qu'il se sauve lui-même, s'il est le Messie de Dieu, l'Élu ! » Les soldats aussi se moquaient de lui. S'approchant pour lui donner de la boisson vinaigrée, ils lui disaient : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Une inscription était placée au-dessus de sa tête : « Celui-ci est le roi des Juifs. » L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait : « N'es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même, et nous avec ! » Mais l'autre lui fit de vifs reproches : « Tu n'as donc aucune crainte de Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c'est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n'a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne. » Jésus lui répondit : « Amen, je te le déclare : aujourd'hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Mgr Aillet (extraits) : Pierre a eu la mission d'affermir nos frères dans  la foi. Soyons en communion avec tous ceux qui souffrent, qui sont persécutés, et en particulier les chrétiens de Syrie... qui sont sur ces Terres Bibliques.

Trois considérations :

En entrant, nous avons franchi la « Porte de la Foi  », après avoir fait mémoire de notre baptême. A Rome, le pape François a reçu 39 catéchumènes du monde entier. A sa question "Que demandez-vous à l'Église ?", ils ont répondu "La Foi", et à "Qu'est-ce qu'elle va vous procurer ?", leur réponse a été "La vie éternelle".

Chaque foi que nous franchissons la porte de l'église, nous franchissons la « Porte de la Foi », nous passons du profane au religieux. Par la liturgie terrestre, où la chorale nous élève, nous préparons la liturgie céleste. Mais le péché nous arrache au Royaume pour nous faire aller vers les ténèbres, d'où le besoin de franchir de nouveau la « Porte de la Foi ». Le sacrement de pénitence, de réconciliation est le "nouveau baptême" qui nous fait entrer dans le Royaume. Le péché a deux conséquences :

- La séparation avec Dieu, et Dieu seul peut nous réconcilier avec lui, ce qui s'est fait par la Passion de son Fils.

- Notre péché introduit du désordre, du mal,dans la vie de nos frères, de nos sœurs... Sur la croix, le bon larron estimait que "Et puis, pour nous, c'est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n'a rien fait de mal. ». D'où le besoin pour nous de réparer : la pénitence est à unir à la Passion du Christ. Il est mort par amour pour essayer de réparer... L'indulgence a été remise en valeur par Paul VI, pendant le Concile, c'est reconnaître que nous avons besoin du Christ et des autres. Nous aurons la possibilité d'accueillir cette indulgence à la fin de la célébration.

La Foi est une porte qui ouvre notre regard sur Jésus. Il ne nous laisse jamais seul, même dans les pires épreuves. Tous regardaient Jésus, mais seul le bon larron a percé son regard. La Foi est comme un regard sur Jésus, la lampe qui nous guide dans la nuit. La réponse de Jésus sur la Croix est un regard d'Amour.

La « Porte de la Foi » est un pèlerinage vers Jésus. Sommes-nous avec Lui, Lui qui est toujours avec nous ? Prenons-nous le temps, chaque jour, de la prier ?

Nous sommes envoyés en mission. Celui qui a reçu tout cet Amour, n'a qu'une envie : en parler, donner Jésus par la Parole et par les actes de notre vie. C'est la grâce que nous devons demander.

Petit temps de méditation avec l'orgue

Ensemble, proclamer sa Foi.

Le Notre Père

Appel pour l'adoration perpétuelle

Bénédiction solennelle

Chant de l'Année de la Foi : Credo, Domine, Credo et chant final


Clôture Année de la Foi Credo Domine et Final par SF-pau-64