Index de l'article

Le Chemin de Croix

De Saint Jacques à Saint Martin... Refaisons-le en pensant à tous ceux
qui, autour de nous ou de part le monde, le vivent actuellement.

Aujourd'hui, nous nous réunissons pour nous mettre à la suite de Jésus. Jésus « portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu-dit : Le Crâne »
Nous croyons que chacun de ses pas, chacun de ses gestes et chacune de ses paroles, et aussi ce qu'ont vécu et accompli ceux qui étaient là en ces jours-là, nous parlent aujourd'hui.
C'est aussi dans sa souffrance et dans sa mort que Jésus, le Christ, nous révèle la vérité sur Dieu et sur l'homme.

Nous allons participer à ce Chemin de Croix. Que veut dire participer ? Participer, c'est reconnaitre, avec Jésus, nos difficultés à nous. Cela veut dir marcher dans sa vie, en imitant Jésus, lui qui est assis à la droite du Père.

Seigneur Jésus Christ, remplis nos cœurs de la lumière de ton Esprit, afin que, te suivant sur ton dernier chemin, nous devenions plus proches de Toi, nous comprenions un peu de ta mort et de ta résurrection.

1ère Station : Jésus est condamné à mort.

Ô Jésus Christ, toi qui as accepté une condamnation injuste, accorde-nous la grâce d'être fidèles à ta parole. A toi, Jésus, juste Juge, l'honneur et  la gloire pour les siècles sans fin. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu te fait signe, marche à la suite de Jésus !
Va crier son nom sur les chemins du monde...

2ème Station : Jésus est chargé de sa croix.

« Alors, il leur livra Jésus pour qu’il soit crucifié, et ils se saisirent de Lui. Jésus, portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu dit : Le Crâne (ou Calvaire), qui se dit en hébreu Golgotha. (Jn 19, 16-17)

Le Père a choisi la croix pour son Fils, et le Fils l'a prise sur ses épaules. Il l'a portée sur le Calvaire et sur elle il a offert sa vie. Sur la croix, il y a la souffrance, sur la croix il y a le salut, sur la croix il y a une leçon d'amour. Ô Dieu, celui qui une fois t'a compris ne désire rien d'autre, ne cherche rien d'autre. La Croix est le signe d'un amour sans limite.

Ô Christ, toi qui acceptes la croix de la main des hommes, accorde-nous, ainsi qu'à tout le monde, la foi en ton amour infini, et qu'en faisant le signe de croix, nous soyons tes amis, tes témoins aujourd'hui. A toi, Jésus, la louange et  la gloire pour les siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu te libère, porte ta croix avec Jésus !
Va planter la paix aux carrefours du monde...

3ème Station : Jésus tombe pour la première fois.

« Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous » (Is 53, 6)

Jésus tombe sous la croix. Cela arrivera trois fois sur le chemin. Il tombe d'épuisement. Le corps en sang, la tête couronnée d'épines. Tout cela fait que les forces lui manquent. Il tombe.
La vraie cause de cette chute, c'est que : « Dieu a pris sur lui nos péchés à nous tous ». Ce sont les péchés qui écrasent Jésus ; Jésus tombe et se relève. C'est ainsi que le Sauveur du monde s'adresse sans prononcer un mot à tous ceux qui tombent? Il les encourage à se relever.

« Dans son corps, il a porté nos péchés sur le bois de la croix, afin que nous puissions murir à nos péchés et vivre dans la justice. Par ses blessures, nous sommes guéris » (cj. 1 P 2, 24)

Ô Christ, toi qui es tombé et qui t'es relevé pour nous, nous t'en prions, aide-nous, ainsi que tous ceux qui sont écrasés par le péché, à nous remettre debout et à reprendre le chemin. Donne-nous la force e l'Esprit pour porter avec Toi la croix de notre faiblesse. A toi, Jésus, notre louange et  notre amour pour les siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu te libère, porte ta croix avec Jésus !
Va planter la paix aux carrefours du monde...

4ème Station : Jésus rencontre sa mère.

« Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » (Lc 1, 30-33 et 38)

Quand, sur le chemin de la croix, Marie rencontra son Fils, peut-être ces paroles lui revinrent-elles à à l'esprit : « Il règnera... Et son règne n'aura pas de fin... », avait dit l'ange... Cependant Marie avait répondu : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe selon ta parole »
Marie souffre profondément. Toutefois, elle répond comme elle avait répondu alors : « Que tout se passe pour moi selon ta parole ». La servante de Dieu obéit jusqu'au bout.

Ô Marie, toi qui as parcouru le chemin de la croix avec ton Fils, déchirée de douleur dans ton cœur de maman,mais te souvenant toujours de ton amour pour Dieu, tu es sûre que rien n'est impossible à Dieu. Tu pries pour nous et pour tous les hommes, pour que nous ne doutions jamais de son amour. A Jésus, ton Fils, honneur et  gloire pour les siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu te fait signe, marche à la suite de Jésus !
Va crier son nom sur les chemins du monde...

5ème Station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix.

« Pendant qu'ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix pour qu’il la porte derrière Jésus. » (Lc 23, 26)

Simon reçoit un don : le Fils de Dieu l'a fait participer d'une manière singulière. N'est-ce pas Jésus qui a dit : « Si quelqu'un veut marcher derrière moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive » (Mt 16, 24)

Ô Jésus Christ, accueille-nous ainsi que tous les hommes et donne à chacun la grâce de la disponibilité. Fais que nous prenions un peu de temps pour écouter ou aider ceux qui vont mal. Fais que, portant les poids des uns des autres, nous devenions amis, témoins. A toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu est ta force, ouvre tes portes avec Jésus !
Tu vivras d'Esprit aux quatre vents du monde...

6ème Station : Véronique essuie le visage de Jésus.
(Texte de la tradition et non des Évangiles)

Sur le chemin du Calvaire une femme alla jusqu'à Jésus, au milieu des soldats et, avec un voile, elle essuya la sueur et le sang du visage du Seigneur. Son visage resta imprimé sur le voile. Le voile sur lequel reste imprimé le visage du Christ devient un message pour nous. Il dit en un sens : « Les actes d'amour ne passent pas. Tout geste de bonté, de compréhension, de service, laisse dans le cœur de l'homme un signe qui ne s'efface pas »

Seigneur Jésus Christ, Toi qui a accepté le geste désintéressé d'amour d'une femme et qui, en retour, as fait en sorte que les générations s'en souviennent avec le nom de ton visage, fais que nos actions, et celles de tous ceux qui viendront après nous, nous rendent semblables à toi et laissent au monde le reflet de ton amour infini. A toi, Jésus, louange et gloire pour les siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu est ta force, ouvre tes portes avec Jésus !
Tu vivras d'Esprit aux quatre vents du monde...

7ème Station : Jésus tombe une deuxième fois.

Voici que dans la poussière de la terre, Jésus tombe à nouveau, écrasé sous le poids de la croix. Ses forces l'abandonnent toujours davantage, mais, à grand peine, il se relève pour continuer son chemin.
Que signifie pour nous, hommes pécheurs, cette deuxième chute ? Plus encore que la première, elle semble nous inviter à nous relever, à nous relever une deuxième fois sur notre chemin de croix. Depuis 2000 ans, le Christ qui se relève de la chute rencontre l'homme qui tombe. Tomber ne signifie pas la fin du chemin. En rencontrant le Sauveur, ceux qui tombent se sont sentis rassurés par Lui. Ils se sont relevés réconfortés et ils ont transmis au monde la parole de l'Espérance qui jaillit de la croix.

Seigneur Jésus Christ, donne-nous la force de nous relever de nos chutes, pour transmettre aux générations qui viendront ta Bonne Nouvelle. A toi, Jésus, soutien de notre faiblesse, la louange et la gloire pour les siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu te libère, porte ta croix avec Jésus !
Va planter la paix aux carrefours du monde...

8ème Station : Jésus console les femmes de Jérusalem.

Le peuple, en grande foule, le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur Jésus. Il se retourna et leur dit : « Femmes de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants ! » (Mc 15, 12-13. 15)

Ô Christ, toi qui es venu en ce monde pour visiter tous ceux qui attendent d'être sauvés, fais que nous te reconnaissions. Ne permets pas qu'il faille pleurer sur nous parce que nous t'aurions repoussé. A toi, Jésus, né de Marie, honneur et gloire pour les siècles éternels. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu te fait signe, marche à la suite de Jésus !
Va crier son nom sur les chemins du monde...

9ème Station : Jésus tombe pour la troisième fois.

Fermons nos yeux et imaginons l'épreuve de Jésus.

Voilà de nouveau le Christ tombé à terre sous le poids de la croix. La foule, curieuse, regarde s'il aura encore la force de se relever. Saint Paul écrit : Pendant le dernier repas, la Cène, en s'abaissant jusqu'à terre et en leur lavant les pieds, Jésus avait voulu nous habituer à cette humiliation de sa personne. En tombant pour la troisième fois sur le chemin de la croix, il nous crie encore : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 8, 12). Ne soyons pas troublés à la vue de Jésus qui tombe à terre, épuisé sous la croix. Cette manifestation extérieure de la mort qui s'approche cache la lumière de la vie.

Seigneur Jésus Christ, donne-nous la lumière de la foi, afin que nous ayons le courage de suivre ton chemin d'amour. Que nous n'ayons pas honte de t(aimer, d'aider nos amis sur tous ces chemins qui conduisent à la vraie vie. A toi, Jésus, honneur et gloire pour les siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu te pardonne, prends la lumière de Jésus !
Va semer l'amour dans les hivers du monde...

 

10ème Station : Jésus est dépouillé de ses vêtements.
(Mc 15, 22-23) et (Jn 19, 23-24)

Fermons de nouveau les yeux et imaginons l'épreuve de Jésus.
C'est horrible d'être déshabillé de force, c'est la dignité de Jésus qui est atteinte.

Seigneur Jésus, Toi qui as accepté de mourir sur la croix pour nous sauver, fais-nous partager ton sacrifice. Que nos actions expriment notre participation libre et consciente à ce que tu as fait. A toi, Jésus, honneur et gloire pour les siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu t'illumine, passe la mort avec Jésus !
Va danser la vie sur les tombeaux du monde...

11ème Station : Jésus est cloué sur la croix.

Lorsqu’ils furent arrivés au lieu dit : Le Crâne (ou Calvaire), on mit Jésus en croix, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Lc 23, 34)

Difficile d'imaginer la barbarie de ce geste ; avoir des clous platés dans les mains et les pieds pour ^etre ensuite mis debout sur une croix... Au moment où il souffre le plus, Jésus, le Christ ne nous oublie pas, et en particulier, il n'oublie pas ceux qui sont la cause directe de sa souffrance. Il sait que l'homme, plus que toute autre créature, a besoin d'amour, qu'il a besoin de pardon qui, en cet instant, se répand sur le monde.Le Christ souffre, le Christ élevé sur la croix nous invite à nous réveiller.

« Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os » (Ps 21 [22], 17-18). Jésus-Christ, remplis nos cœurs de ton amour, que nous soyons tout près de toi, toi qui règne avec le Père et le Saint Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu te pardonne, prends la lumière de Jésus !
Va semer l'amour dans les hivers du monde...

12ème Station : Jésus meurt sur la croix.

À partir de midi, l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à trois heures. Vers la trois heures, Jésus cria d’une voix forte : « Éli, Éli, lema sabactani ? », ce qui veut dire : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Quelques-uns de ceux qui étaient là disaient en l'entendant : « Le voilà qui appelle le prophète Élie ! » (Mt 27, 45-47)

Après cela, sachant que désormais toutes choses était accomplies, et pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. » Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. »  (Jn 19, 28-30)

Le rideau du Temple se déchira par le milieu.  Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. (Lc 23, 45-46)

Silence

Jésus, tu as soif ! Tu as soif de nous, de notre amour. Tu veux seulement nous aimer, nous voir plus près de toi, nous pardonner. A Toi, Jésus crucifié, sagesse et puissance de Dieu, honneur et gloire pour les siècles éternels. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu t'illumine, passe la mort avec Jésus !
Va danser la vie sur les tombeaux du monde...

C'est un scandale que la mort de Jésus, scandale de tuer un innocent...
Cela arrive si souvent aujourd'hui encore...

13ème Station : Jésus est descendu de la croix
et confié à sa Mère.
(Lc 23, 47-48) et (Jn 19, 38-39)

On a remis entre les mains de la Mère le corps sans vie de son Fils. Les Évangiles ne disent pas ce qu'elle a éprouvé à cet instant. C'est comme si les Évangélistes, par ce silence, voulaient respecter sa douleur, ses sentiments et ses souvenirs.

A ton Fils, Jésus, notre Sauveur, avec le Père et le Saint Esprit, tout honneur et toute gloire pour les siècles des siècles. Amen.

Peuple de l'Alliance, ton Dieu t'illumine, passe la mort avec Jésus !
Va danser la vie sur les tombeaux du monde...

14ème Station : Le corps de Jésus est mis au tombeau.
(Mc 15, 42-46) et (Jn 12, 24)

Le tombeau est la dernière étape de vie du Christ sur la terre : c'est le signe de son sacrifice « Il a été crucifié, est mort et a été enseveli, (...) le troisième jour est ressuscité des morts ».
Avec la mise au tombeau du corps sans vie de Jésus, au pied du Golgotha, l'Église commence la veillée du Samedi Saint. Marie conserve et médite au fond de son cœur la passion de son Fils. Les femmes se donnent rendez-vous le lendemain matin après le sabbat, pour mettre sur Jésus le Christ les aromates ; les disciples se rassemblent, en se cachant, jusqu'à ce que le sabbat soit passé.

Bientôt, nous arriverons au tombeau et le tombeau sera vide, alors le tombeau, témoin de la résurrection, parlera. La pierre roulée, l'intérieur vide, les bandelettes à terre, voilà ce que verra Jean, arrivé au tombeau avec Pierre : « Il vit et il crut » (Jn 20, 8). Et toute l’Église avec lui ! Le tombeau vide est le signe de la victoire définitive du bien sur le mal, du pardon sur le péché, de la vie sur la mort. Le tombeau vide est le signe de l'espérance : « Par notre espérance, nous avons déjà l'immortalité » (cf. Sg 3, 4)

Seigneur Jésus Christ, toi qui, dans la puissance de l'Esprit Saint, as été conduit par le Père des ténèbres de la mort à la lumière d'une vie nouvelle dans la gloire, fais que le signe du tombeau vide nous parle, à nous aujourd'hui. A Tois, Jésus, présence cachée et victorieuse dans l'histoire du monde, honneur et gloire pour les siècles. Amen.

Il n'est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime.

« Ne fallait-il pas que le Messie souffrît tout cela pour entrer dans sa gloire ? » Ces paroles de Jésus aux disciples résonnent dans nos coeurs. Au début, le croyant mort, les disciples sont découragés et abattus. Il est difficile de comprendre pourquoi il faut mourir avant d'avoir la vie éternelle.
D'ici peu, nous partirons dans différentes directions, nous retournerons dans nos maisons en repensant à ces évènements. Puisse Jésus s'approcher de chacun de nous ; puisse-t-il se faire aussi être notre ami ! Tout en nous accompagnant, il nous expliquera que pour nous il est monté au Calvaire, que pour nous il est mort afin d'accomplir les Écritures. Le douloureux évènement de la crucifixion que nous venons de contempler deviendra ainsi, pour chacun de nous, une attente avant la grande joie de ce samedi (saint) Samedi, nous entendrons : Alléluia ! Jésus est vivant ! Lui que l'on croyait mort, il est ressuscité !...

Extrait su Stabat Mater de Pergolèse

Le Stabat Mater est une œuvre musicale religieuse écrite par Giovanni Battista Pergolesi (Pergolèse) en 1736, deux mois avant sa mort, dans le monastère de Pouzzoles.

Il s'agit donc de la dernière œuvre d'un homme mort à 26 ans des suites d'une tuberculose1. Il a été écrit pour deux voix (traditionnellement soprano et alto, sans doute des castrats), avec un petit ensemble instrumental comprenant violons I et II, alto et basse continue. C'est aujourd'hui l'œuvre la plus populaire de Pergolèse.

Ce Stabat Mater est basé sur un texte liturgique du XIIIe siècle méditant sur la souffrance de la Vierge Marie, mère du Christ.