« Une voix dans le silence »

Tel était le thème d'après : 1 Rois 19, 11-14



« Le Seigneur dit à Élie : "Sors et tiens-toi sur la montagne, devant le Seigneur : voici, le Seigneur va passer".
Il y eut devant le Seigneur un vent fort et puissant... : le Seigneur n'était pas dans le vent.
Après le vent, il y eut un tremblement de terre : le Seigneur n'était pas dans le tremblement de terre.
Après le tremblement de terre, il y eut un feu : le Seigneur n'était pas dans le feu.
Et après le feu, le bruissement d'une brise légère...
»


Pendant 1h30, avec l'équipe de l'ACAT, nous nous sommes retrouvés
dans la petite chapelle de Saint Pierre pour prier pour les victimes de la torture
et pour leurs bourreaux : prières autour de noms et parfois de visages
dont les situations dramatiques ont été évoquées.

Équipe de l'ACAT : « La torture n'est pas propre à un régime ou à une zone géographique; elle correspond à une pratique abusive qui déshumanise tant le bourreau que sa victime. Aujourd'hui encore, elle est pratiquée sur tous les continents et par toute sorte de régime politique.

OUI, le Seigneur n'est pas dans l'ouragan, le tremblement de terre ou le feu, il ne cherche pas à détruire, il est dans la douceur, il n'est que douceur et patience. Le Seigneur est une voix de fin silence... »



Où es-tu Dieu ?
En Syrie ? Dans le tremblement de terre d'Italie ?...

Dieu silence ?

« Dieu est dans le murmure au plus profond du cœur,
mais il est tellement discret et silencieux,
qu'il peut sembler parfois absent de nos vies et de l'histoire de l'humanité. »

Touche nos oreilles, nous entendrons. Souffle sur nos lèvres, nous parlerons.
Donne ta lumière, nous brillerons. Montre-nous la route, nous marcherons.
Dieu silence, tu nous a parlé : lumière dans nos yeux, ferment dans notre pain.
Tourne ton visage, nous te verrons. Coule dans nos veines, nous guérirons.
Vienne l'espérance, nous t'attendrons. Brille ton étoile, nous partirons.


L'espoir, c'est celle de voir toutes ces personnes torturées, hommes, femmes ou enfants, retrouver, avec la liberté, toute leur humanité : localement, quatre personnes correspondent avec des prisonniers du « couloir de la mort », l'un d'eux y est depuis 30 ans. L'espoir, c'est aussi ces personnes libérées ou en voie d'être libérées.


Parmi toutes ces victimes, la situation actuelle de deux d'entre elles par région du monde
est évoquée, même si ce sont toutes les victimes qui ont été portées dans la prière.

En Afrique, il y a Mohamed Cheick Souleimen à Djibouti et Rafael Marques en Agola,
en Asie, Mgr Shi Enxiang (89 ans) en Chine, enlevé en 1981, et Surendra Rajan,
en Amérique, Alejandro Gómes au Honduras, André et Josué López Hernández,
En Europe, Zoubaïr Zoubaïraïev en Russie et Fatoumata en France,
Au Moyen-Orient, Abdulhadi Al Kawaja au Bahrein et Charbel Qazzi au Liban.

Pour chacun, une veilleuse a été allumée, ainsi qu'une invitation à continuer la prière.



Et pour nous, le silence ?

Des textes nous ont aidés à méditer sur :
« Que représente-t-il pour nous ? A-t-il une importance dans notre quotidien, notre spiritualité ?
Silence et prière (Taizé...). La Parole de Dieu, tonnerre et silence.
Dieu est silence, et pourtant il parle ! Prendre la parole pour enrichir le silence. »



Parmi toutes les prières, dont le Notre Père du Burkina Faso,
voici celle de Michel Freychet, pasteur et ancien président de l'ACAT-France :

Ô Dieu, notre Père !
Tu vois ce monde et l'océan de détresses
dans lequel sont plongés tant d'êtres humains.
Aucune souffrance n'échappe à ton regard.
Nul cri de douleur ou de désespoir
qui ne parvienne jusqu'à toi.

Forts de cette assurance,
nous te remettons la communauté invisible
de tous ceux qui souffrent
dans leur chair et dans leur être le plus profond.

Nous te prions tout particulièrement
pour ceux qui, privés de liberté,
subissent l'oppression de régimes totalitaires,
pour toutes les victimes de la violence :
l'immense cohorte des migrants qui sillonnent le monde
en quête d'une terre d'accueil,
les communautés chrétiennes persécutées,
les hommes et les femmes torturés,
les enfants exploités,
les prisonniers maltraités,
les condamnés à la peine capitale qui,
dans les couloirs de la mort,
attendent leur exécution.
Donne-leur, à chacun, de trouver en toi
la force et le réconfort dont ils ont besoin
pour ne pas sombrer dans le désespoir.

Nous te prions aussi pour les tortionnaires :
change leur cœur et leur regard.
Fais-leur découvrir la puissance de ta grâce et ton pardon
afin qu’ils puissent reconnaître leurs forfaits et s’en détournent à jamais.

Accorde à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre,
combattent pour l’abolition de la torture et des exécutions capitales,
de persévérer sans relâche dans leur engagement.

Toi qui, en Jésus de Nazareth,
as fait surgir l’espérance d’un monde nouveau
où toute violence et toute souffrance auront disparu,
viens à notre aide, ô notre Père, pour en dresser,
sur chacune de nos routes, des signes annonciateurs.



Pour en savoir plus :

http://www.acatfrance.fr/