Le dogme, chemin vers Dieu : permanence et évolution

Lundi 14 mars 2016

Dans le cadre des lundis de Foi et Culture et du cycle 2015-2016 « Le chemin arrachement, dépassement, quête », Mgr André Dupleix nous a invités à une réflexion sur :

Le dogme, chemin vers Dieu : permanence et évolution

« ... Le dogme est vraiment un chemin. Le dogme est une voie ouverte et un chemin tracé...
Si le dogme - nous reviendrons sur sa définition - est le témoin écrit et organisé de la structuration progressive de la foi chrétienne, depuis les origines, il est un véritable chemin qui a permis une compréhension progressive du mystère de la foi révélé en Jésus-Christ. Le dogme n'est pas un bloc intangible.  Il s'est progressivement développé dans l'équilibre entre les éléments stables de la foi et l'évolution nécessaire des langages et des moyens de transmission. Entre la première prédication évangélique et le Concile Vatican II ce chemin s'est enrichi, dans une recherche ininterrompue, pour répondre aux attentes du monde contemporain [...]

(Texte complet en cliquant sur la photo)

Conclusion : ... Oui, il y a un chemin parcouru et qui ne cesse d'être ouvert sur l'avenir, éclairé de manière incessante par le Christ ressuscité et l'action irréversible de l'Esprit-Saint. Je me réfère, bien sûr ici, au récit de la Pentecôte. Après la manifestation de l'Esprit sur les apôtres réunis dans la chambre haute, le texte nous précise que tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. Or, il y avait, résidant à Jérusalem, des Juifs religieux, venant de toutes les nations sous le ciel. Lorsque ceux-ci entendirent la voix qui retentissait, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient en pleine confusion parce que chacun d’eux entendait dans son propre dialecte ceux qui parlaient. Dans la stupéfaction et l’émerveillement, ils disaient : "Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans son propre dialecte, sa langue maternelle ?"

Et si, aujourd'hui et toujours avec ce rôle essentiel de l'Esprit de Dieu, le dogme pouvait permettre de transmettre au monde entier la Bonne Nouvelle de l'Évangile du Christ ? Pour que chaque peuple, chaque culture différente, chaque civilisation reçoive dans sa propre langue le message d'amour et de paix répandu jusqu'aux extrémité de la terre ? Nous savons - l'histoire l'a confirmée - que les apôtres, et ceux qu'ils ont associé à leur mission sont partis courageusement sur les chemins du monde pour être les témoins de Celui qui leur avait dit et qui continue de nous dire Je suis la Voie, la Vérité et la Vie.

Ce chemin ne sera jamais interrompu. Nous sommes en chemin, nous sommes en route et personne - comme l'ont dit Pierre et Jean devant le sanhédrin (Ac 4,20) - ne nous empêchera de proclamer ce que leurs yeux ont vu et que leurs oreilles ont entendu... Ce que notre foi, par notre lien indestructible au Christ, nous fait vivre avec une espérance toujours renouvelée... »