Évangile de Jésus Christ selon Saint Jean

Lorsque Jésus comparut devant Pilate, celui-ci l’interrogea : " Es-tu le roi des Juifs " Jésus lui demande :" Dis-tu cela de toi-même, ou bien parce que d’autres te l’ont dit ? " Pilate répondit : " ‘Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta nation et les chefs des prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? " Jésus déclara : " Ma royauté ne vient pas de ce monde ; si ma royauté venait de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Non, ma royauté ne vient pas d’ici. " Pilate lui dit : " Alors, tu es roi. " Jésus répondit : " C’est toi qui dis que je suis roi. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix."

Commentaire

Quelle vérité ?

Mais au juste, que voulait dire Jésus lorsqu’il affirmait : "Ma royauté n’est pas comme celles de la terre"? On pourrait poser la même question que Pilate : "Qu’est-ce que la vérité ? " Et Jésus répondrait : "Pour savoir ce qu’est la vérité, regardez-moi. Je suis la vérité". La vérité t- elle que Jésus l’exprime dans sa vie, c’est celle qui construit l’homme. Par elle, l’homme peut tenir debout et devenir souverainement libre, parce qu’il refuse les moyens de la domination, parce qu’il refuse la force et la puissance de l’argent, sachant qu’il n’y a de vrai pouvoir que le pouvoir de l’amour. Sachant qu’il y a un autre sens à la vie que l’avoir, la possession, la recherche du pouvoir : c’est le don. Sachant qu’il s’agit de refuser les fausses sécurités pour vivre dans la confiance, en Dieu et en l’homme.

Dans les années 20 comme aujourd’hui

Cette fête du Christ-Roi a été instaurée après la première guerre mondiale, à un moment de l’histoire où le Pape Pie XI sentait, plus que quiconque, le danger des totalitarismes montants. Régime marxiste en Russie, fascisme en Italie et en Allemagne... En face de ces idéologies, le pape réagit en créant une fête liturgique ! En fait, l’Église veut nous faire prendre conscience d’une réalité : le vrai pouvoir sur l’homme, c’est un pouvoir sur les esprits, mais pas celui des idéologies qui asservissent. Le pouvoir du Christ sur les esprits et sur les cœurs, au contraire, tend à libérer l’homme et à en faire un "homme debout".

En fait, nos contemporains restent soumis à une formidable pression de la part des idéologies barbares, de l’économie, des médias, de la culture. Nous risquons tous, plus ou moins, d’être manipulés. Jésus nous dit : il faut savoir vous libérer et, pour cela, faire la vérité dans votre vie. Mettre en harmonie, non seulement ce que vous faites et ce que vous dites, mais ce que vous croyez et ce que vous faites. Cela peut conduire à des choix difficiles. Regardez Jésus. Regardez toute cette foule de "témoins" de notre époque. Tous ceux, inconnus, qui chaque jour, quoiqu’il en coûte, sont prêts à sacrifier leur promotion, leur confort, aux choix que leur dicte leur foi.

Vous voyez en quel sens la fête du Christ-Roi nous situe dans une actualité brûlante. Le Royaume du Christ est un royaume d’hommes debout, d’hommes libres. Au fond, la royauté du Christ instaure la royauté de l’homme et de l’humanité. Les baptisés sont "un peuple de prêtres, de prophètes et de rois". Du moins, c’est commencé. Petitement, avec le Christ et avec ses disciples de tous les siècles. Et ça continue aujourd’hui. Il faut que nous en soyons, nous aussi. Il y va de la santé de l’humanité, en ce début de millénaire.