Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu

Au temps de Pâques, les onze disciples s'en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre. Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. Jésus s'approcha d'eux et leur adressa ces paroles : " Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ; et apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde. "

Commentaire

L’Evangile de ce jour compte peu de mots, mais il dit beaucoup sur les mystères de Jésus, de l'Eglise, sur les mystères de Dieu. Le rendez-vous de Jésus et de ses disciples en Galilée : « Il vous précède en Galilée, là vous le verrez. » C'était le message reçu par les femmes devant le tombeau vide. On comprend que les amis de Jésus fassent le déplacement et reviennent dans cette province de l'extrémité du pays. Ils en étaient partis pour suivre Jésus, vivre l'aventure de sa Parole et de ses gestes qui apportaient au peuple confiance et espérance. Après l'échec de la croix il restait cet immense espoir de le retrouver vivant. Et l’Evangile de ce jour ose nous dire : « quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes. » Ainsi les apparitions de Jésus ressuscité ne donnent pas forcément la foi : « Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui croient » disait aussi Jésus à Thomas.  « Nous portons la foi dans des vases fragiles » dit Paul aux Corinthiens. Croire est un don de Dieu, un don de l'Esprit qui fait de nous des fils.  « Poussés par cet Esprit nous crions vers Dieu en l'appelant Père. » La foi reçue devrait susciter en nous reconnaissance, joie, humilité, responsabilité.

 La foi fait de nous des « envoyés ».  « Allez ! », dit Jésus. Oui c'est une responsabilité que nous portons, mais avec le pouvoir de Celui qui nous envoie. « L'Esprit vous conduira sur le chemin de la vérité toute entière… Celui qui croit en moi fera lui aussi les œuvres que je fais, il en fera de plus grandes encore. »  Si nous allons de par le monde comme des « envoyés » de Jésus, alors nous pouvons mettre en œuvre la puissance de sa résurrection. La vie qui s'est manifestée en Jésus peut se manifester aujourd'hui si des croyants reconnaissent cette vie et se prosternent en adoration devant Dieu, source de toute vie. N'est-ce pas le sens du baptême où le chrétien accepte de passer par la mort pour recevoir la vie qui vient de Dieu ?

Cette vie, elle s'exprime dans les relations que vivent intensément le Père, le Fils, et l'Esprit. L’Evangile a des mots simples pour nous parler de cette vie intime de Dieu : « Dieu est Amour ! » Un grand spirituel de notre temps Maurice Zundel ose même écrire : « Le dernier message de Jésus n'est pas d'aimer Dieu, mais de nous aimer les uns les autres. »  Réaliser l'amour entre nous, c'est entrer dans l'intimité même de Dieu, C'est vivre de la vie de Dieu.

 L’Evangile de ce jour nous demande aussi d'aller au-delà de ces relations interpersonnelles : « De toutes les nations ! »  « Il n'y a plus ni juif, ni Grec ; ni esclave, ni homme libre ; ni homme, ni femme ; tous vous êtes devenus un dans le Christ Jésus » (Gal. 3,28) Nous sommes donc envoyés pour évangéliser aussi toutes nos relations sociales.  « La communauté des Chrétiens, dit Vatican II, s'édifie avec des hommes rassemblés dans le Christ, conduits par l'Esprit-Saint dans leur marche vers le royaume du Père, porteurs d'un message de salut qu'il faut proposer à tous. Elle se reconnaît réellement et intimement solidaire du genre humain et de son histoire. »