Évangile de Jésus Christ selon Saint Marc

Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. Or, il y avait dans leur synagogue un homme, tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien que tu es le Saint, le Saint de Dieu ». Jésus l’interpella vivement : « Silence ! Sors de cet homme ». L’esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri. Saisis de frayeur, tous s’interrogeaient : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité ! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent ». Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée

Commentaire

C'était la coutume, dans les synagogues, d'inviter les gens de passage à lire les textes de la Bible prévus par la liturgie et à en faire le commentaire…une parole qui réveille. Et voilà que, d'un seul coup, ce jour-là, tout le monde se réveille. La Parole que l'inconnu prononce réveille tellement, elle a une autorité si forte, qu'elle réveille même, au plus profond de l'homme, les vieux démons qui y régnaient en maîtres, sans soucis, sûrs de leur pouvoir. "Ah mais, qu'est-ce qu'il vient nous déranger, celui-là ? On sait qui il est ! On la connaît, cette Parole : c'est le Verbe de Dieu, Dieu lui-même, le Saint de Dieu. La Parole créatrice qui s'est fait homme." Et voilà que justement cette Parole créatrice, recréatrice, le Verbe fait chair, commande avec autorité et libère l'homme aliéné. Les témoins sont saisis de frayeur. Avouez qu'il y a de quoi avoir peur !

La suite ? Certes, le prophète de Nazareth a fait quelques centaines de disciples durant les trois ans de sa prédication, ce qui n'est pas mal ! Puis, ça a fait boule de neige, des millions de gens sont devenus chrétiens. Aujourd'hui même, il y a près de deux milliards d'hommes qui sont baptisés. D'accord ! Mais le Règne de Dieu, si proche en l'an 30 de notre ère, où en est-il en l'an 2018 ?"

Jésus annonçait un monde nouveau où les idoles (culte de la richesse, du pouvoir, de la violence) allaient être déboulonnées, pour céder la place au Règne du Dieu-Amour. Mais les idoles sont toujours en place ! Qu'est-ce qui s'est passé ? Qu'est-ce qui se passe ?

Complicités. C'est que la Parole créatrice, re-créatrice, même avec toute sa puissance, rencontre en nous - dans l'humanité comme en tout homme - des forces de résistance insoupçonnées. En chacun de nous sommeillent les démons qui font de nous des aliénés. Le mot a un double sens. Nous ne sommes pas fous, mais nous sommes aliénés en ce sens que nous sommes prisonniers des forces du mal. Nous ne sommes pas libres. Il y a en chacun de nous des démons qui règnent en maîtres. Dans le meilleur des cas, nous cherchons à résister à l'ennemi intérieur ; mais souvent nous collaborons. Nous n'avons pas tellement envie d'être libérés. Nous sommes complices des forces du mal et nous avons envie de crier, nous aussi : "Ne viens pas nous déranger."

Peur de la liberté. Au fond, comme les gens de Capharnaüm, nous avons peur de ce Jésus qui vient, par sa Parole, mettre fin à nos peurs. "Si je chasse les démons, dira Jésus, c'est que le Règne de Dieu est survenu pour vous." Il vient en effet rétablir l'homme dans son intégrité, sa liberté, sa dignité. Allons-nous enfin le croire, accueillir la Parole libératrice ? A nous d'être assez ouverts à cette parole qui donne sens à notre vie. Elle nous remettra à neuf, et nous accueillerons le Royaume qui vient.