Visite pastorale de Mgr Aillet mars 2010


Visite pastorale de Mgr Marc Aillet

à la paroisse du Christ Sauveur

Du mercredi 17 au dimanche 21 mars 2010

 

 

Une visite pastorale ?

  • · Une occasion, pour Monseigneur Aillet, de rencontrer tous les « acteurs » de la paroisse, de les écouter, de découvrir et de partager ce qu’ils vivent avec leurs questions, leurs difficultés, mais aussi avoir leur joie de vivre et de témoigner de leur foi.
  • · Une occasion pour les paroissiens d’entendre une parole pour éclairer une situation, une souffrance, un chemin de foi, un dynamisme à avoir pour suivre le Christ.
  • · Une occasion de prier et de célébrer ensemble.
  • · Un thème : la première annonce

 

C’est dans une atmosphère très conviviale que se sont déroulés ces cinq journées au programme très chargé.

 

Dès son arrivée, Monseigneur Aillet s’est retrouvé au milieu des enfants du catéchisme et de leurs animateurs, avec en particulier l’abbé Robert Lavigne Du Cadet.

                                             

Prières et chants ont été partagés, mais après une présentation des groupes et des réalisations (spectacle chez les Petites Sœurs des Pauvres, confection d’objets pour aider les enfants de Madagascar, etc…) les questions ont fusé :

La mitre, la crosse, la bague … « c’est une alliance, eh oui je suis marié – Avec qui, avec Marie, avec une femme ? – Avec l’Eglise ». « La croix, je ne la quitte jamais » …

C’est facile d’être évêque ? C’est quoi le travail d’un évêque ?

Où vivez-vous ? C’est quoi votre sport favori ? …

Comment faites-vous pour toujours parler à Dieu ? « En silence dans mon cœur, par mes lèvres et en lisant la Bible pour y puiser un enseignement, un conseil »

L’un des moments émouvants a été celui où Monseigneur Aillet a fait passer ce petit papier fragilisé sur lequel, à l’âge de 12 ans, il a écrit son désir d’être prêtre :

« Seigneur, encouragez-moi à être prêtre »

 

Avant les échanges avec quelques parents, Monseigneur Aillet s’est même transformé en Monseigneur Super Star pour la joie des enfants !!!

 

 

Parmi toutes les rencontres qui ont suivi, il y a eu celle avec le « ministère de la compassion de l’Eglise » :

Service Evangélique des Malades (SEM), Mouvement Foi et Lumière, Hospitalité Basco-Béarnaise (HBB), Pastorale du Deuil, Amitié Espérance (qui était représentée)

 

Tous les bénévoles présents ont dit l’importance de l’accueil, de la présence, de l’écoute et de la prière dans les rencontres ou les situations vécues, ainsi que l’importance de l’entourage, des amis et de la mobilisation des jeunes auprès des personnes présentant un handicap.

Parmi les soucis, les souhaits ou les questions soulevés :

Comment rendre l’Eglise plus présente dans certaines maisons de retraite ?

Pourquoi les prêtres ne vont plus au cimetière ?

Comment mieux accompagner les familles lors de crémations ?

Le renouvellement des bénévoles !

Pourquoi pas un pèlerinage d’un jour pour certains malades qui ne peuvent partir quatre jours … et une rencontre plus intime dans les chambres avec Monseigneur Aillet …

Quelques pistes de réflexion données par Mgr Aillet : « L’Eglise, ce n’est pas que l’ensemble des prêtres, les laïcs font partie intégrante de l’Eglise … Pour la première annonce, importance, par nous, de la proximité de l’Eglise … Mais en plus, comment l’Eglise peut-t-elle donner un sens dans le cadre de la maladie, de la souffrance, du deuil, de la solitude ? … Quand avez-vous l’impression d’apporter un petit « plus » ? 

Tous ces lieux sont des lieux d’évangélisation et d’espérance, une ouverture à la grâce.

Essayez d’apporter ces petits « plus » pour rendre compte de notre espérance

à ceux qui nous en demandent raison. »

 

Après cette première rencontre, Monseigneur Aillet a pu rencontrer de façon plus personnelle quelques personnes âgées ou malades ; puis la journée s’est terminée par le spectacle d’Eric Julien : « Il est vivant » ou « L’aventure biblique en son et lumière » avec, là aussi, les questions et les espérances du peuple de Dieu en marche.

 

 

 

La journée du jeudi a commencé par le petit déjeuner au local du Secours Catholique (de 8h30 à 10h30 chaque jour). Moment attachant avec les bénévoles et ceux qui viennent y chercher un peu de réconfort matériel mais aussi humain avec une parole, un sourire …

Ici ou ailleurs, dans les services, les mouvements ou les associations, la richesse de cœur de tous les bénévoles est un beau témoignage d’humanité et de la présence du Christ dans ce monde qui, parfois, donne à certains l’envie de désespérer.

Qu’il s’agisse du petit déjeuner, ou de l’hébergement d’urgence, ou des repas, le travail des bénévoles de toutes les associations de solidarité est possible grâce à la mobilisation d’autres associations comme la Banque Alimentaire : un énorme travail là aussi !

 

 

 

Monseigneur Aillet s’est aussi entretenu avec les prêtres de la paroisse, les directeurs de l’Enseignement Catholique, le conseil économique et le conseil pastoral de la paroisse,

 

 

et les différents mouvements :

Mouvement Chrétien des Retraités (MCR), le Rosaire et les groupes de prière (Chapelet, Renouveau …), Club du 3ème âge au relais Notre Dame.

 

Nos retraités ne manquent pas de dynamisme et de joie d’être chrétien malgré certaines difficultés :

La relève ! Comment trouver notre place dans la pastorale du diocèse ?

Le thème de leur journée à Bétharram, le 8 avril, devrait les aider à trouver des éléments de réponse :

« Trop jeune pour être vieux,

trop vieux pour être jeune,

Seigneur, que veux-tu que je fasse ? »

 

Monseigneur Aillet : « Nous ne sommes plus à la chrétienté que nous avons connue … beaucoup de nos contemporains ne sont plus en contact avec l’Eglise … la nouvelle première annonce est devenue une urgence … entre épreuve et renouveau, avoir la passion de l’Evangile …

Qu’attendre de vos mouvements ? Vous fournissez en animateurs beaucoup de services, heureusement que nous vous avons ! Importance du témoignage de ces groupes … Concrétiser notre foi dans notre vie …

Quatre points importants :

-         Approfondir notre foi, elle n’est jamais acquise …

-         Nous unir à la détresse du monde par la prière

-         Témoigner notre joie de croire

-         Avoir une vie sacramentelle et communautaire :

Evangéliser, cela passe d’abord par un témoignage de vie, mais celui-ci doit finir par devenir parole de vie, qu’elle s’incarne dans le quotidien et qu’elle soit aussi parole proclamée. 

On n’a pas su transmettre la Parole de Dieu aux jeunes, mais des jeunes peuvent redécouvrir maintenant qu’elle s’applique à leur vie. »

Les personnes présentes : nous avons eu la chance d’avoir eu des cours de Bible, les groupes des Actes des Apôtres, d’avoir vécu l’Action Catholique, le Scoutisme … nous sommes passés de « il faut mériter » au don gratuit de Dieu, l’Amour de Dieu qui transforme … J’espère que mes enfants et mes petits enfants rencontreront des témoins.

Avons-nous assez la conviction que le Seigneur travaille dan tous les cœurs ? La réponse doit être personnelle …

 

 

Vendredi, après le conseil épiscopal, ce sont les acteurs de la solidarité qui sont présents :

Equipes Saint Vincent, Conférence Saint Vincent de Paul, Secours Catholique et tous ses services annexes (Service prison, Aide aux familles, Solidarité Internationale … , CCFD Terre Solidaire, ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture), Pastorale des Migrants.

Des associations très actives au service des plus pauvres (dans tous les sens du terme), avec le souci, en plus des urgences, de les sortir de leur solitude, de les aider à se réinsérer, à trouver un peu plus d’autonomie, de les accompagner dans leur détresse (SIDA … ), mais aussi d’ouvrir le regard de toute personne sur les problèmes des pays pauvres ou de ceux où l’oppression et la violence règnent, sur les actions menées (Epargne solidaire, cercles de silence …)

Un souhait pour certaines : être mieux connues et soutenues par les Eglises.

Quant aux Migrants, la richesse de leurs partages ne fait que s’accroître lors de leur journée nationale.

 

 

Les équipes liturgiques et tous ceux qui contribuent à rendre nos célébrations « belles » ( fleuristes, chorales, organistes, personnes d’entretien … ) étaient aussi représentées.

Et de nouveau des questions ou des suggestions :

Le renouvellement des organistes ! Une journée de formation par an pour les équipes liturgiques … La liturgie pour les petits enfants, comment les prendre en charge et, qu’ils puissent ramener quelque chose chez eux … Importance de l’accueil …

Monseigneur Aillet : « Que la liturgie redevienne la source de la vie chrétienne, que notre vie acquière une forme liturgique.

Ayez toujours à cœur, en préparant une liturgie, de faire en sorte que les gens soient saisis par la présence du Christ, c’est lui qui doit avoir le premier rôle, la première place.

Avoir une participation active, consciente, une participation intérieure (avant d’être extérieure) qui fait rentrer dans le mystère.

La liturgie peut être belle et saisissante même si elle n’est pas instrumentalisée, elle peut être « blessée » si on fait trop l’action de l’homme et pas assez l’action de Dieu »

 

Chaque jour, Monseigneur Aillet a pu partager et vivre les célébrations avec les paroissiens des différents relais, et en particulier, pour la fête de Saint Joseph le vendredi

ou le samedi soir lors de la célébration commune de toute la paroisse.

 

       

 

 

 

La journée du samedi, encore très riche en rencontres, s’est déroulée « sur le terrain »,

« L’Eglise vit sur un terrain humain,

il est important de rencontrer les acteurs de la vie humaine, sociale … »

Tout d’abord avec les représentants des commerçants, chez Laurette, au milieu du quartier du foirail. Ces commerçants sont souvent très investis dans la vie sociale de la cité et très impliqués aussi au niveau mondial : de vrais richesses humaines à découvrir ... (à suivre)

Leurs préoccupations, les tourments actuels de l’Eglise et bien d’autres points ont été évoqués car ils sont souvent les premiers à être interpellés … même si « les gens ne sont pas hostiles … » ou au contraire « je me fais attaquer de tous les côtés … Les médias inondent de ce qui ne va pas … nous, sur le terrain, ne laissons pas tout passer … » « Vous allez faire bouger beaucoup de consciences en visitant ainsi … On attendait votre visite, on est très touché … »

Monseigneur Aillet : « Les réactions du public sont saines, mais il ne faut pas  focaliser sur l’Eglise alors que la majorité des problèmes est ailleurs …L’Eglise est un bouc-émissaire, l’attaquer donne bonne conscience et permet d’occulter le reste … On ne dit jamais les belles choses qui se passent dans l’Eglise »

 

 

Et ensuite dans le quartier Paul Doumer, quelles que soient les convictions ou la foi, c’est aussi avec beaucoup de chaleur humaine que les habitants se sont retrouvés autour de Monseigneur Aillet pour lui dire toute la solidarité vécue au quotidien :

« Ces valeurs chrétiennes que vous avez et les valeurs laïques que j’ai ont ceci en commun : faire grandir l’homme. »

« Votre visite, c’est un geste d’amour, de solidarité. Ce quartier a une richesse insoupçonnée : le premier habitant rencontré vous offre son sourire et personne ne vit que pour lui-même, c’est l’autre qui est important … La jeunesse nous donne toujours de l’espoir, les petits enfants aident les personnes âgées à porter leurs paquets, les jeunes ont fait des travaux à notre maison de quartier et, même s’ils ont été rémunérés, ils veulent faire vivre le quartier … et leur argent à permis d’amener une ambulance à un médecin au Maroc …

Dans ce quartier, on est une famille … il y a des personnes qui donnent de l’âme … »

 

 

Ce compte-rendu n’est qu’une petite partie de la richesse des échanges et la prise de conscience de l’étendue de ce terrain humain couvert par cette paroisse du Christ Sauveur, paroisse du centre ville. Des questions ont été soulevées, des pistes de réflexion et des projets ont été émis par les uns ou les autres. Il reste donc à continuer d’aller de l’avant, nourris par la Parole et la prière. 

 

« Beaucoup meurent de soif à côté de nous et de cette source qui nous désaltère, 

soyez des témoins »


Retour en haut de page