"Désert fertile" la pastorale de la fraternité


A NOTER :
LE TRES BEAU REPORTAGE DE NICOLE DE PAU - PERIPHERIE :
Avant le spectacle
La pastorale le dimanche


Que de bonheur !
Après le dur travail pour tout concevoir, tout mettre en place, après le trac ou l'anxiété, les difficultés, comment ne pas être heureux d'avoir fait revivre tout l'amour de Don Helder Camara pour les pauvres, pour ce peuple qu'il a soutenu, pour lequel il s'est battu et qu'il continue d'épauler à travers les hommes et les femmes d'aujourd'hui qui suivent son message, qui est aussi celui du Christ.





Oui, un immense bravo et merci à ces artistes riches de leurs diversités socioculturelles, enfants et adultes, acteurs, chanteurs, musiciens, danseurs, accessoiristes, décorateurs, techniciens et tous ceux qui ont travaillé dans l'ombre.
Un immense bravo à Alain Munoz, Vincent Canet, Pierre-Pol Bercaits et Serge Fudjï pour la création du spectacle, à Joël Baradat pour en avoir porté tout l'aspect technique et à l'abbé Jo Gatelier... mais, en ce qui concerne Jo, l'inspiration semble venue d'en haut... la connexion avec Dom Helder ayant pafaitement fonctionné !





DHCamara et Jo Gatelier par SF-pau-64

« ...Rentrant du Brésil après quelques années de présence et de patients apprentissages - c'était en 1996 - j'étais littéralement hanté par la passion qui animait ces amoureux du désert si dur, mais si fertile.
Ah ce sertaõ du Pernambuco et d'une grande partie du Nordeste Brésilien !
          Naõ ha O gente O naõ          Il n'y a pas de clair de lune
          Luar com'este do sertaõ        Comparable à celui de notre sertaõ
chante le peuple de Récife et des environs.
Rien de grand ne se fait sans passion. Je ne sais si notre Pastorale « Désert Fertile » sera grande mais pour sûr, elle comporte une grande passion : la passion chez toutes ces personnes qui, depuis plus d'une année maintenant, préparent cette production contre vents et marées.
Ces nombreuses personnes que nous apercevons sur scène, dans les coulisses ; ces personnes que nous devinons par les décors, costumes et montages. Ces personnes qui n'ont ménagé ni temps, ni talents... ni maux de tête.
Ces personnes ont des noms. Je laisse à Dom Helder le soin de vous les nommer à l'oreille.
Jamais je n'aurais osé croire à la réalisation de ce souhait qui m'habitait depuis 1996 : donner vie, force et mouvement à tous les Dom Helder du Brésil et d'Amérique Latine ; aux martyres de la terre et du combat pour la JUSTICE ; rejoindre les passionnés et les pauvres... amoureux de notre humanité commune.
Oui, bienvenue au désert fertile à Pau. Nous savons que déjà cette fertilité produit de bons fruits en France, en Belgique, etc... Là aussi les liens se nouent.
Dom Helder, repose dans la JOIE de ton Maître et de tous ceux que tu as si bien servis et aimés.
» Jo Gatelier



Mais revoyons tout cela.

Il a fallu entre autres le talent d'Alain Munoz et d'une équipe solide pour constuire cette pastorale et lui donner vie dans l'esprit de Dom Helder, et ainsi réaliser ce désir profond de Jo Gatelier.
« Les textes de Dom Helder Camara sont extraits de la Symphonie des Deux Mondes, opéra contemporain de Pierre Kaelin des années 1970. Le long poème de Dom Helder a été pour notre spectacle écourté et partagé.
Un synopsis proposé par le poète basque Pierre Pol Bercaits a jeté les fondamentaux de ce spectacle nourri par les choix musicaux du chef de chœur Vincent Canet et illustré par l'atelier de création des décors du plasticien Serge Fudji. La forme artistique que le Père Jo Gatelier, l'initiateur du projet, souhaitait donner était celle d'un spectacle populaire ancré dans la tradition gasconne des pastorales...
A l'heure des Indignés, des révolutions arabes, de la guerre des ultra et néo-libéraux, comment la Symphonie des Deux Mondes pourrait- elle ne pas apparaître plus universelle qu'elle fut, peut-être, à l'époque de Dom Helder ?... C'est ainsi une pastorale indignée que je propose et assume...
J'ai simplement lu le poème de Dom Helder. Tout est dit... avec le sourire sécurisant de l'espoir du changement, du souffle de la vie simple et tendre... quand le constat bâtit le monde nouveau... avec pour utopie principale l'Humanité...
» Alain Munoz

                      dsc07229r.jpg - 33.81 Kb



Cette humanité s'est retrouvée dans la façon d'aider chacun dans le rôle qui était le sien : des conseils, voire même des directives et de la rigueur, mais dans la douceur, celle qui permet à l'autre de ressentir profondément son rôle, celle qui fait grandir.

                      Un dernier point pour quelques ajustements avant le "grand jour" :




                     dsc07363r.jpg - 70.76 Kb

Ce regard bienveillant et constructif s'est retrouvé chez tous ceux qui ont ont eu des responsabilités dans cette pastorale, pendant les répétitions et les jours J. En plus des acteurs, plusieurs groupes ont donc pu faire partager leur joie de chanter des chants traditionnels, de jouer ou de danser.
Vincent Canet a magnifiquement coordonné et harmonisé les chanteurs des différentes chorales (Chantelousse, A Cœur Joie, chorales paroissiales) et autres chanteurs.

♦ Voici quelques portraits lors des dernières répétitions :

(Quelques extraits enVidéo, en cours de page, de tous ces chants et danses qui ont enchanté le public, ce n'est qu'un avant-goût du DVD complet de la pastoale, qui peut ête commandé pour 10 euros)
                             dvd_camara_commande.png - 50.96 Kb

                                                 Nathalie Tauzin et sa magnifique voix
                                      

Le groupe plein d'entrain des chanteurs portugais



Quant à nos acteurs, ils ont tout fait pour être à la hauteur... Apprendre et encore apprendre les paroles, les gestes, les attitudes, ressentir au fond de soi la portée de tout cela pour être vrai sur scène et transmettre ce message de Dom Helder.

                                     

Nos deux étudiants Brésiliens ont mis toute la force et l'enthousiasme de leur jeunesse pour être l'écho d'une réalité encore présente aujourd'hui.



      

                                         Les enfants ont aussi pris très à cœur leur rôle.



                                     Des visages, des expressions qui en disent long...

L'équipe des décors, autour de Serge Fudjï, nous a fait passer du Paradis (en bleu) à l'Enfer (en rouge) en passant par la Terre (au centre) :

« Alors, si pour dire ce poème, nous partions au pays des arts modestes, celui des images d'Epinal, un peu Saint-Sulpiciennes. Celui où la division traditionnelle de la scénographie de la pastorale, ce spectacle aux formes anciennes de la représentation du theatrum mundi, apparaîtrait dans sa simple nature : Enfer, Paradis, Terre. Ici et maintenant, les personnages disent un poème. Ils sont nous-mêmes. Ils sont pressés de dire et de montrer le message de Dom Helder parce qu'ils sont de notre époque rapide et efficace. Alors que voyons-nous ?
Au plateau Paradis, un plateau d'ailes métalliques, lieu des voix et des arts, ouvert sur le public et la Terre au contraire de l'univers sec et bloqué des clowns métaphysiques de Beckett, « En attendant Godot ». Ici, deux anges à petit chapeau, Dom Helder et José observent le monde qui s'éveille dans la nuit noire.

                 

Au plateau Enfer, quelques croix blanches coiffées de casques d'ouvriers sacrifiés sur l'autel du profit car Célanèse est ici à Pardies et dans nos cœurs. Les ennemis de tous temps y cohabitent : des enfants perdus et abandonnés pourchassés par des soldats exterminateurs. Mais la lune au-dessus de leurs têtes est-elle seulement une menace à la Bernanos ?
Quant à la Terre où se côtoient les hommes qui marchent seuls ou ensemble, comme des bronzes de Giacometti ou des créatures de doutes à la Claudel, elle s'habille des signes des premiers peuples caduveo, porte la capoeira, danse de la révolte des esclaves, et finalement secoue les Indignés. Le mur des Expulsés de Billère reconstitué en décor pour la scène finale, n'est pas récupéré pour servir une quelconque thèse mais représente à lui seul la réalité la plus explicite.
» Alain Munoz


               Sur la toile blanche et légère, des motifs de peintures corporelles caduveo
                                                      et l'arbre de l'espérance.

          (Plus de photos des répétiions et du spectacle dans le diaporama à la fin)


♦ Le grand jour est arrivé

                  Le trac et le bonheur d'être enfin arrivé à se jour se côtoient sous l'église
                            mais l'accueil est assuré et... stylé avec Monsieur "transition" :

   dsc07446r.jpg - 41.42 Kb dsc07421r.jpg - 38.48 Kb

              Avec les chanteurs Portugais et les enfants, l'ambiance est garantie !

dsc07425r.jpg - 42.65 Kb

                                   dsc07424r.jpg - 42.01 Kb

     Les astuces ne manquent pas... la main, le petit carnet et le très très petit carnet...
                                et à deux ou plus, c'est encore mieux pour réviser !

   dsc07437r.jpg - 25.75 Kb dsc07426r.jpg - 96.67 Kb

   dsc07441r.jpg - 41.19 Kb dsc07440r.jpg - 92.35 Kb

     Et quand le « Maître » est là pour encourager, rassurer et faire sourire, c'est parfait !

dsc07429r.jpg - 47.40 Kb

                                                     Il faut aussi ajuster les micros

dsc07431r.jpg - 40.64 Kb

                                          Côté Brésil : petite séquence maquillage

dsc07444r.jpg - 37.44 Kb

dsc07445r.jpg - 30.57 Kb

                           L'ambiance ne faiblit pas car de belles amitiés se sont créées

« La pastorale de Dom Helder, de la symphonie des Deux Mondes, ou Désert Fertile, nous invite aux plaisirs de la création collective. Chacun est spectateur et acteur. Nous sommes réunis dans un spectacle populaire en fabrication, comme une performance collective car c'est cela une pastorale d'aujourd'hui, un voyage au pays des arts modestes. » Alain Munoz

                     dsc07432r.jpg - 44.63 Kb

dsc07439r.jpg - 38.80 Kb

                                         L'accueil du public est aussi très chaleureux

dsc07447r.jpg - 55.88 Kb

 dsc07448rr.jpg - 22.41 Kb dsc07449rr.jpg - 25.61 Kb


♦ La Pastorale (le samedi soir)

                                 Chants et danses ont donc ponctué cette pastorale,
               renforçant par leurs paroles, les différentes scènes, les différents souffles

DSC07455pr.JPG - 26.77 Kb

                     L'entrain et l'enthousiasme des chanteurs portugais est toujours là !

DSC07551r.JPG - 42.42 Kb


DSC07458r.JPG - 48.64 Kb

                                                 L'harmonie des voix, un enchantement !

DSC07523r.JPG - 56.74 Kb


DSC07463r.JPG - 49.17 Kb

Les danseurs de capoeira nous ont transportés dans un autre univers... parfois renversant !...

DSC07534r.JPG - 58.24 Kb


DSC07502r.JPG - 55.43 Kb

      Il était difficile de ne pas se laisser saisir par les magnifiques voix de Pier-Pol Bercaits
                          et Nathalie Tauzin, accompagnés par Pascal Obédé et Théo

DSC07511r.JPG - 35.16 Kb


DHCamara chants et capoeira par SF-pau-64

Côté « enfer », des enfants, face à la dure réalité, au milieu des soldats, se prennent à rêver :
« ... mon père à moi m'emmènera... mon père et moi, on s'en ira sur la lune... »

                      DSC07515r.JPG - 32.63 Kb

DSC07518r.JPG - 46.20 Kb

DSC07519r.JPG - 35.99 Kb


DHCamara Enfants par SF-pau-64

Les textes, dits avec gravité et nous ont replongés dans ce Monde où a vécu Dom Helder, mais en nous renvoyant à notre Monde d'aujourd'hui pour déboucher sur une espérance.

DSC07477r.JPG - 49.21 Kb

DSC07492r.JPG - 59.41 Kb

DSC07497r.JPG - 37.08 Kb

"Autour de ce personnage exceptionnel du XXème siècle, notre but est de retrouver ou découvrir la force d’engagement qu’animait sa vision du Monde, de l’Humanité et de l’Eglise…
« … Brésilien et citoyen du Monde. A l’aise avec les plus grands comme avec les plus petits, sous les spots des médias, comme dans les coulisses. Poète et diplomate. Fragile et infatigable. Combatif et non violent. Fidèle et rebelle. Applaudi et haï, honoré et persécuté. Actif du jour, veilleur de nuit. Croyant en l’Homme autant qu’en Dieu. A bien des égards et pour beaucoup, un personnage extraordinaire, complexe, paradoxal, impossible à définir en un mot. Et, quand un mot est risqué, c’est celui de Prophète qui vient le premier à l’esprit. Prophète d’une mondialisation à visage humain, prophète de l’espérance, prophète d’une Eglise autrement pour un Monde autrement…
… Dom Helder est parti, une grande voix s’est tue ! Mais, comme le témoignage de sa vie pour ses contemporains, le témoignage de ses écrits parle aujourd’hui à qui veut l’entendre… »

DSC07528r.JPG - 40.23 Kb

Dom Helder Camara prête encore sa voix aux Indignés du Monde entier, aux acteurs du printemps arabe, aux sans voix des sans logis, aux sans voix de ceux qui ont faim, aux sans voix des illettrés, des « sous travailleurs », des sans terre, des sans avenir, des sans espoir…
Les « sous hommes » de Dom Helder ne sont pas seulement les « pauvres déshumanisés par la misère », ce sont aussi les « riches déshumanisés par l’égoïsme .
Notre spectacle « Désert fertile » veut transmettre son message de Paix, d’Entraide et de Solidarité, qui reste aujourd’hui toujours d’actualité...
Il incarne l’Eglise « option pour les pauvres » et a défini, par ses actions, la relation entre l’amour et la justice."
Joël Baradat, président de l'association.

DSC07495r.JPG - 33.08 Kb

DSC07541r.JPG - 44.82 Kb

DSC07556pr.JPG - 29.47 Kb

                        Saint François d'Assise : « Là où est la haine, porter l'amour... »

DSC07560r.JPG - 43.36 Kb


DHCamara Final par SF-pau-64

DSC07563r.JPG - 63.70 Kb

Dom Helder : 

« L’espoir est de croire en l’aventure de l’amour, de parier sur d’autres êtres humains »
« Je crois aux droits humains, à la main ouverte, à la puissance des non violents »

« Je crois en l'esprit de Dieu qui travaille en toute personne de bonne volonté... Je veux croire aux droits humains, à la main ouverte, à la puissance des non-violents... Ce monde entier est ma maison…tous moissonnent ce que tous ont semé… Je veux croire que le droit est un, ici et là. Je ne suis pas libre tant qu'une seule personne est esclave. Je veux croire à l'action modeste... un ciel modeste, une terre nouvelle où la justice habitera. »
José : « Créer, c’est résister ; résister, c’est créer »


♦ Que de mercis à dire à chacun !

Difficile d'énumérer sans oublier personne...
Mais merci en particulier à Joël d'avoir cru, avec toute l'équipe, en ce projet et d'en avoir porté toute la logistique, en plus du rôle d'acteur.

                     DSC07566r.JPG - 64.86 Kb

"Nous avons délibérément fait appel à toutes les forces vives du Hameau de Pau Nord, dans toutes leurs diversités socioculturelles pour réaliser ce projet. Nombreux ont répondu avec enthousiasme !!!
Nous avons voulu délibérément créer du lien social, favoriser un espace de créativité et aussi surtout essayer de développer une large réflexion sur le monde d’aujourd’hui au travers de la pensée de Dom Helder Camara « un prophète pour notre temps ». " Joël Baradat

DSC07570r.JPG - 57.58 Kb

DSC07571r.JPG - 55.66 Kb

dsc07581r.jpg - 56.64 Kb

Vous qui êtes venus de partout, du Hameau ou de toute l'agglomération, du Brésil même,
     encore Bravo et Merci pour le cœur que vous avez mis pour la réussite de la Pastorale.

dsc07583r.jpg - 55.52 Kb

dsc07589r.jpg - 58.97 Kb

               Quant à vous Alain Munoz, Vincent Canet, Pier-Pol Bercaits et Serge Fudji,
                    qui vous effacez discrètement pour laisser toute la place aux artistes,
         continuez de créer avec cette passion qui vous anime et qui fait briller les autres.

dsc07590r.jpg - 60.12 Kb

dsc07591r.jpg - 62.40 Kb

                                                         Et merci aussi aux techniciens

                      DSC07586rr.JPG - 12.66 Kb DSC07587rr.JPG - 14.79 Kb

                                                       DSC07481rr.JPG - 17.10 Kb


{morfeo 6}