Rassemblement Diaconia 2013

◊ Sur le site Diaconia : Photos, vidéos, textes des différentes interventions
grâce à l'efficace et remarquable équipe de communication.

dont en particulier :

- La cérémonie d'ouverture : Vidéo Diaconia (1h35)
- Un extrait de l'homélie du Cardinal Sarah : Vidéo Sanctuaires Notre Dame de Lourdes (14min)
- La veillée festive : Vidéo Diaconia (1h25)
- La célébration de l'envoi - recueil du vécu : Vidéo Diaconia (1h25)
- La messe d'envoi : Vidéo Diaconia (1h25)
- L'homélie du Cardinal Vingt-Trois : Vidéo Diocèse de Paris (15min)

et beaucoup de témoignages ainsi que la suite à donner au rassemblement

◊ Sur le site du doyenné Pau-Périphérie : voir en particulier le magnifique album photos
et un beau témoignage sur la fraternité avec les Roms.

◊ Sur cette page : photos, quelques vidéos plus courtes du site national ou autre
et quelques unes en supplément, avec aussi
des paroles glanées dans les animations, les forums, les discussions, les fraternités
et la convivialité avec les congressistes du diocèse.

A noter, certaines belles photos ne sont pas de moi,
leur provenance est marquée si vous passez avec la souris sur la photo.
Quant aux miennes vous pouvez les récupérer sans souci.


Diaconia 2013 ou la rencontre improbable

de 12 000 personnes qui n'avaient pas l'habitude de se rencontrer.

Comment résumer un tel rassemblement, un tel moment de grâce où la différence, avec ses fragilités, ses difficultés et ses merveilles, est devenue une vraie richesse dans une réelle communion ! Tout d’abord quatre paroles :

François Soulage, du Secours Catholique : « Nous avons vécu une rencontre improbable avec le regroupement de 12 000 personnes qui ne se rencontrent pas, le mot Fraternité a été habillé, c’est le signe d’une cohésion nouvelle dont, nous chrétiens, nous devons être porteurs »

Mgr Bernard Housset, qui a pris le risque d’engager l’Église de France dans cette aventure : « J’ai été frappé par l’inventivité de nos jeunes – nous avons une belle jeunesse – par le tonus et le dynamisme de tous, et la passion des catholiques de France pour que nos Églises deviennent plus justes et plus fraternelles »

Etienne Grieu, théologien : « Les appels les plus puissants que nous avons entendus venaient souvent de personnes en grande vulnérabilité... Les bonnes idées ne viennent pas que d’en haut ; elles viennent quand tout le monde se demande : à quoi ça pourrait ressembler une Eglise au service ? »

Texte Intervention d'Étienne Grieu

Daniel Maciel, de l’équipe nationale Diaconia : « Les plus pauvres ont été mis en lumière et nous sommes responsables pour que cette lumière continue. Nous avons fait l’expérience d’une Eglise pauvre qui a besoin de tous, dont les plus pauvres »

« Alors osons un changement de regard »

♦ Oui, ce rassemblement, c'est tout d'abord un regard,

un nouveau regard

Que de visages, de regards, de sourires échangés, de gestes, de paroles, d'expressions de toutes sortes, de partages, de messages forts, d'émotions et de joie partagée, pour nous permettre d'ouvrir notre regard à la beauté intérieure de chacun !...

Parmi les beaux gestes vécus : ces bras qui enlacent des personnes en fauteuil, ces explications données pour les mal-voyants ou en langue des signes, le Cardinal Sarah agenouillé devant un servant en fauteuil, le « tablier du serviteur » offert à l’évêque de Rennes « Pour mes 60 ans, vous êtes le plus beau cadeau que je n’ai jamais eu, dorénavant, chaque fois que vous m'inviterez, je mettrai le tablier du serviteur », la générosité des paroisses qui a permis aux 3000 personnes en grande précarité de venir…

Mais aussi, des chants, des prières, des Paroles et des célébrations, des spectacles (1000 personnes), des veillées, 140 animations et forums... Pour cela, portons notre regard, à travers leurs visages, sur le fabuleux travail de l'équipe nationale, des équipes locales (parfois plus de 2 ans pour construire certaines animations) et des centaines de bénévoles, dont beaucoup ont travaillé dans l'ombre. Alors tout d'abord, un immense merci à tous ceux qui ont porté ce magnifique projet pour plus de Fraternité.

Sr Elisabeth, Charlotte, Daniel et Hélène de l'équipe nationale avec Mgr Housset et F. Soulage

L'équipe diocésaine avec Joachin, Bénédicte, Bertrand et Michel, et l'aide de Chantal.

Il a fallu de la patience pour que chacun des 180 congressistes du diocèse puisse avoir tous les éléments nécessaires : le badge, les tickets des forums et le plan de Lourdes...

... mais la bonne humeur était là malgré la fatigue !

Ce regard, source de communion, c'est chaque jour, tout d'abord lors de l'accueil, que nous y avons été invité. Regard sur cette foule immense : invitation à se serrer un peu pour que chacun trouve une place. Regard sur ceux qui nous entourent avec le jeu des mains : des yeux et des mains qui se suivent pour mieux se rencontrer...

ou avec la troupe Nez'vangile de Toulon

et par les chants, en particulier par celui créé par le groupe « Place et Parole des Pauvres » :

"Comme un cri, je t'envoie tout l'amour germé en moi,
vers ta lumière guide-moi, j'ai besoin de toi"
(1min 57)


Diaconia 1 Comme un cri par SF-pau-64

Que de cadeaux ils nous ont offerts : leur parole, leur joie, leur amour !

Dans les 4-4 ou 6-6 des forums ou autres animations, les temps d'accueil sont allés bien au-delà d'un simple « bonjour, je m'appelle... et je viens de... » car la confiance étant au rendez-vous dès le début, chacun s'est livré en toute vérité. « J'ai eu un accident, je suis resté dans le coma, j'ai eu une renaissance, cela m'a permis de m'ouvrir aux autres »... Parfois, ces moments étaient accompagnés de gestes symboliques, comme celui de prendre au creux de notre main le trésor que l'on a dans notre esprit (dans notre tête) pour le tendre à notre voisin en lui disant nos attentes...

Très fort et très beau symbole aussi, le jeudi matin, dans la cérémonie de l'accueil de tous et du « lancement de la fusée Diaconia » que celui de l'autel dénudé de la basilique Saint Pie X : il passe du blanc de l'indifférence au noir de la détresse, pour finir avec les couleurs chaudes de l'accueil et de l'entraide, pendant que des personnes figées, petit à petit, s'animent et se rendent service : lavement des pieds, massages, se soigner, se désaltérer... Ensemble, on peut se relever !

« Je suis au milieu de vous comme celui qui sert » Luc 22,27 (2min 07)


Diaconia 2 Livre et service par SF-pau-64

Le regard surtout ce qui se vit déjà a joué un rôle très important dans le rassemblement : une grande écoute mutuelle, beaucoup de témoignages ont fait qu'une réelle communion a été vécue. C'est bien la vision du peuple de Dieu, d'un peuple de frères voulu par Dieu, qui a pris forme.

Les « plus fragiles » ont pris la parole car, comme le disent les responsables :
- Mgr Housset « Il n'y a pas de sans voix, personne n'est trop pauvre pour n'avoir rien à dire. La fraternité, c'est la foi en actes, en exercice »
- François Soulage « Il y a déjà beaucoup de personnes qui se sont mises en route, mais elles sont souvent silencieuses. Ce rassemblement est l'occasion de parler afin que la parole des pauvres soit entendue »
- Daniel Maciel « Chacun est acteur, on vient pour apporter ce qu'on est, partager nos richesses, partager nos savoirs ». « Employer le mot "démunis", ajoute-il, est une aberration »

Marie-France, Alain et Laurence du groupe « Place et Parole des Pauvres »

Message complet

Vidéo Diaconia : Marie-France et Alain (6min 57)

Marie-France « La Diaconie, c'est un service d’Église pour les personnes abîmées à cause de la maladie, le deuil, la prison, les accidents de la vie, les injustices, le chômage, la rue… Je me rappelle que sur la porte d’une église, il y avait un tag et on pouvait lire : « Ouvrez les portes »« Dieu est à tous ». La Diaconie c’est utile pour tout le monde. Diaconia , ça peut être le début d’autre chose... »

Alain « Certains disent : quand on voit les plus riches, quelque fois on a la haine, mais pour moi, ce qu’il faut, c’est le pardon. Si on n’y arrive pas, il y a le soutien des autres et la prière. Il faut arriver à se dire : ils sont comme nous, ce sont des êtres humains » -

Laurence : « Ce qui me frappe, c’est que Jésus rencontre la personne dans son besoin. Une manière dont le Christ se met au service des autres, c’est de leur donner la parole… La charité que j’attends, c’est un partage plus qu’un don car, quand je ne peux pas rendre, ça me gêne »

Les jeunes, dans leurs lieux de vie, se sont aussi mis en route sur le chemin de la Fraternité, comme ceux de la Pastorale des Jeunes du diocèse.

Voici le message d'un groupe de jeunes qui veut relever le défi de la fraternité

Message complet

Vidéo Diaconia : message des jeunes (4min 39)

« Ensemble avec vous, nous sommes l’Église d’aujourd’hui, une Église rassemblée dans sa diversité, une Église rassemblée au nom de la Fraternité et c'est ensemble que nous allons la vivre, nous sommes le peuple de Dieu... Nous souhaitons vous inviter, nous inviter, à vivre pleinement et intensément cette fraternité, et pas seulement pendant le rassemblement. Nous voulons qu’elle soit au cœur de nos vies et que nous en soyons, ensemble, garants. Dépassons les clichés que nous avons les uns vis-à-vis des autres. Faisons en sorte que nos différences nous apparaissent comme des richesses grâce aux rencontres que nous allons faire ici. Déplaçons-nous, chacun dans nos représentations sur les jeunes, sur les pauvres, sur les personnes âgées, sur les migrants etc. pour que le mot « frère » prenne tout son sens.
Ensemble, nous relevons le défi de la fraternité. Ce défi, des jeunes ont déjà commencé à le relever :
- dans les Yvelines, les communautés chrétiennes et musulmanes s’unissent pour la collecte de denrées alimentaires ; des jeunes assistent des personnes âgées, en maison de retraite, pour surfer sur internet, afin de communiquer avec leurs enfants et petits-enfants…
- Au Puy-en-Velay, 11 jeunes de 11 à 18 ans se sont maquillés et, avec leur nez rouge, sont allés divertir les enfants hospitalisés, accompagnés d'une association.
Le défi ne s’arrête pas là ! Ce rassemblement est un tremplin… »

Parmi tous ces témoignages, il y en a un autre qui a beaucoup touché, celui de ceux qui n'ont pu venir : les détenus de la prison de Béziers. Ils nous ont offert (via une vidéo) des perles à méditer telles que cette question : « Que sommes-nous prêts à risquer pour nous mettre au service de tous à la suite du Christ ? » ou encore cette prière : « Seigneur, donne-moi les réponses pour faire changer mon cœur dans ce monde la bonté est prise pour de la faiblesse ».

Vidéo Diaconia : détenus de Béziers (5min 29)

Toutes ces fragilités et merveilles entendues, comme celles vécues dans les diocèses ont été rassemblées dans les livres des Fragilités et des Merveilles dont douze exemplaires ont été amenés en procession tandis que la foule entonne à pleine voix "J'ai ouvert le livre de l'histoire des hommes, j'ai ouvert le livre de l'Amour de Dieu".

Cette première matinée nous a invité aussi à poser notre regardsur ces visages qui, un jour, grâce à leur foi et à leur passion pour les autres,  nous ont aidé à nous relever


De nouveau, après un partage avec ceux qui nous entourent - « ... L'aumônier des étudiants de Toulouse m'a beaucoup aidé, alors, quand il est mort, j'ai pris le relais pour redonner ce que j'avais reçu... » - nous avons eu droit à de beaux témoignages sur ces fondateurs qu'ont été le Père Joseph Wresinski d'ATD 1/4 Monde, Mgr Joseph Madec pour la Fraternité St Laurent, Mgr Rodhain pour le Secours Catholique et Sœur Irène Devos pour l'association Magdala.

Visages et réactions


Diaconia 6 Visages par SF-pau-64

 

♦ Le rassemblement, un partage approfondi en groupe

• Les 41 Forums ont couvert tous les grands domaines de société : l’art, l’emploi, l’économie et la finance, le logement, la précarité, le monde rural, la justice et la prison, la place des pauvres dans l'Église, la famille, la place des femmes, l’immigration, l’éducation, les loisirs solidaires, l'écologie, le handicap, la santé, la solitude, le vieillissement, le deuil...

Chacun s'articulait sur la Parole du jour
« La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d'angle »

Comment bâtir des projets avec des personnes rejetées ou qui ne sont pas associées habituellement à l'élaboration de la société dans laquelle ils vivent ? Vaste programme ! Chaque forum a abouti à des propositions concrètes à mettre en œuvre dans nos communautés.

Voici quelques exemples, parmi beaucoup d'autres, avec quelques belles paroles glanées. On pourra y découvrir la diversité des visages : âges, milieux sociaux... c'est ce qui en a fait la richesse. Hélas, difficile d'être partout !

- Forum « Partager la Parole de Dieu avec les pauvres, un chemin de communion ». Tout a commencé par des Fragilités ou des Merveilles à écrire sur ce qu'on avait vécu ou ce que l'on venait de vivre... les merveilles étaient si nombreuses que les fils ont fléchi ! « La joie dans les regards et les paroles depuis notre arrivée à Lourdes - La famille - Parler, partager les difficultés de la vie, la famille, la maladie - Mes amis sont une merveille - Ma colère est une fragilité - Un regard de paix, de pardon, d'amour sur celui qui souffre - Jésus est avec moi, malgré moi - La joie et la simplicité des handicapés - Dieu présent dans tous les cœurs - Une fragilité : ma peur de l'autre... »

Le réseau Saint-Laurent, le groupe Magdala et le SAPPEL ont rajouté d'autres richesses

et en particulier leurs prières, dont le Signe de la Croix expliqué et gestué. (50s)


Diaconia 7 Signe de croix par SF-pau-64

Il y a le haut, il y a le bas,
il y a la gauche, il y a la droite,
il y a le ciel, il y a la terre,
un bout du monde et l'autre bout du monde.
De haut en bas, de bas en haut,
la croix unit les hommes à Dieu.
D'un bout du monde à l'autre bout du monde,
la croix unit les hommes entre eux.
Lorsque je trace sur moi le signe de la croix,
C'est tout entier, Seigneur, que je me présente devant toi.

Jésus :

Et quand la parole est impossible, il reste le dessin, l'écriture et son cœur pour prier :

« Jésus tu es vivant, comme la colombe qui apporte le rameau d'olivier annonce une terre de vie, toi aussi tu annonces l'espérance d'une vie nouvelle. Vois les deux colombes qui tiennent une alliance, l'une d'elle comme Marie reçoit le corps de Jésus ; l'autre colombe, c'est Jésus qui offre sa vie. Il nous dit : je te donne la Vie »

Ils ont ensuite apporté leur pierre pour construire un mur, la pierre plus "biscornue" que les autres a été rejetée puis rappelée pour finir l'angle mais... plus tard le mur s'est écroulé ! « Oui, le mur s'est écroulé car la pierre d'angle n'était pas à la bonne place... Il est important, quand on accueille quelqu'un de bien réflêchir à la place qu'on lui donne, afin de construire ensemble quelque chose de solide »

Nous voulons vivre debout (1min 12)


Diaconia 8 Debout par SF-pau-64

Alors, quelle place fait-on à l'autre dans nos communautés, nos liturgies... ? Quelles sont les conditions pour que ça marche ?

« Être en vérité dans nos échanges en évitant les non-dits, dans toutes nos communautés de vie - Prendre des risques pour aller vers l'autre, c'est mieux que de ne rien faire - Accepter la différence - Prendre le risque de vivre sa foi dans tous nos milieux de vie - Prendre du temps pour écouter l'autre en vérité - Réflêchir avant d'agir et prier avant de réflêchir - La prison peut déshumaniser, mais ceux de la vidéo sont touchés par la grâce. Quelque soit le délit commis, le prisonnier reste une personne... »

- Forum « Après le deuil, le bonheur est-il possible ? »

Compte-rendu

Trop peu de place pour tous ceux qui souhaitaient ce thème, mais dans le "village de la Rencontre " une animation spirituelle proposait « Le deuil, un chemin d'espérance »

Quelles attentes pour les personnes qui viennent de perdre un être cher ? « Surtout pas de phrases toutes faites ! Accueillez-nous d'abord, reconnaissez-nous quand vous nous rencontrez... » alors peut-être « un silence habité - une veillée de prière, comme ce qui se vit dans les villages ou en Afrique, où les voisins sont très présents pour accompagner et entourer ceux qui sont dans la souffrance... »

« Ce n'est pas le bonheur, mais l'espérance et la paix qu'il faut chercher »

Plusieurs de ceux qui ont été accueillis, lors d'un deuil, se sont convertis et font partie maintenant de la Pastorale du Deuil.

« La compassion en famille n'est pas toujours possible, alors on a besoin que vous nous donniez un peu de temps »

« Si on ne crée pas du lien avec la famille en deuil, on est des intermittents du spectacle ! »

- Forum « Pauvretés dans la ville, les communautés chrétiennes fraternisent »

Les solitudes gagnent du terrain, isolement à la campagne, échec scolaire, une personne handicapée a plus de chances de se retrouver dans la solitude.

Un jeune travailleur social de 24 ans : un algérien m'a dit « Je n'étais pas reconnu, mais maintenant je le suis et, quand je rentre dans ma collocation, j'ai un chez-moi »

Un homme n'avait pas vu ses enfants depuis 20 ans, des jeunes ont fait des recherches pour lui permettre de les retrouver.

Jacqueline a connu la rue, maintenant elle a un petit appartement et malgré ses faibles moyens, elle partage le peu qu’elle a : « On est heureux quand on partage... J'ai besoin de me reconstruire »

Patrick est dans la rue : « Personne ne m'a pris dans ses bras... ça fait 10 ans ! »

Ce qui se vit à Paris, ce n'est pas la faim et la soif, mais la solitude du dimanche, de l'hiver.

Il faut chercher les causes de ces situations (exclus, sans papier, sans abri...) car chaque personne doit être reconnue : « Elle m'a regardé comme une personne »

Comment se mobiliser pour se tourner ver les autres, pour sortir de la solitude les personnes âgées qui se sentent inutiles ? L'hiver solidaire m'a fait connaître une nouvelle famille...

- Forum Citoyenneté-Politique « Les communautés chrétiennes participent à l'invention de projets pour vivre ensemble »

Compte-rendu

- Forum « Vivre la Fraternité dans le milieu professionnel »

Compte rendu

- Forum « Au service du bien commun, des chrétiens s'engagent pour  plus de justice sociale »


- Forum « Vivre en frères dans les grands ensembles »

Comment, dans la durée, vivre en frères dans les grands ensembles et participer à la transformation de la société et de l’Église ?

Il y a des expériences réussies de rencontres et d'échanges. Exemples : Un « arbre de paix » planté par les différentes communautés religieuses/culturelles dans une grande ville. Une sorte d'alliance - Les temps de partage entre gens différents pour apporter la paix : importance de sa propre parole et de celle de l'autre - Vivre des jeux pour la convivialité et la détente, à l'exemple

des "scouts dans un quartier"


ou de "l'évangile au bas des tours" :

Association Coexister : elle composée de jeunes chrétiens, musulmans et juifs.

Dans une église, régulièrement vandalisée par de jeunes musulmans, il a été écrit à l'entrée, à l'extérieur, en Arabe, une phrase du genre « Dans tout homme il existe quelque chose de bon », référence à la citation « Tout homme est une histoire sacrée ». Le vandalisme s'est arrêté du jour au lendemain.

Il faut tout un quartier pour éduquer un enfant : un jeune a besoin de se sentir fier des actes qu'il accompli dans son quartier, sa communauté : y penser si on veut faire intervenir les jeunes.

Dans le domaine de l'inter-religieux, idées retenues : se faire visiter nos de cultes respectifs ; temps de partage conviviaux pour se parler, se découvrir ; prier ensemble (bien que ce soit difficile)...

Autres idées : utiliser les moyens de communications modernes comme les sites web de proximité en proposant la réalisation aux jeunes...

Compte-rendu: propositions

- Forum « Des communautés chrétiennes s'engagent dans une action locale auprès des personnes sans logement ou mal logées »

En France, on serait environ 3 millions à être mal-logées. Quelques personnes présentes ont pu témoigner d’une histoire dans leur vie, où elles avaient aidé une personne en grand besoin. Il y avait aussi Norbert, sans domicile fixe, il a été aidé, et maintenant il aide à son tour les personnes dans le besoin.

Témoignages de Margaux et Salomé, en année d’insertion : elles ont été envoyées par la Mission Locale, dans un organisme qui réalise des ateliers/chantiers d’insertion, en l’occurrence ici le Secours Catholique d’Epinal, comme 38 autres jeunes, tous entre 18 et 25 ans. Il s’agit d’ateliers ménage, culture, cuisine, peinture, friperie, couture, etc. 75% des jeunes ressortent avec un emploi ou une formation au bout de l’année.

Margaux, 20 ans, abandonnée par son père à l’âge de 6 mois, a très mal vécu son adolescence et a décroché totalement, la Mission Locale lui a conseillé de faire une année d’insertion, elle suit actuellement une formation pour être auxiliaire de vie, qui est en très bonne voie.

Parcours de Salomé : avec son conjoint depuis 9 ans, ils sont tombés dans la drogue, à un haut taux de dépendance. Prit par la police il y a un an, la juge lui a laissé qu’une solution : l’accord de sa mère pour qu’elle retourne y vivre et se réinsérer dans la vie... Son copain, lui, est actuellement en prison. Elle était en mauvais termes avec sa mère, qui lui a laissé cette dernière chance. Aujourd’hui, sa mère est fière de Salomé, et elles reprennent de bonnes relations. Cela fait un an que Salomé est en insertion, son contrat est renouvelé car elle revient de très loin et sa forte progression est récompensée par le Secours Catholique.

- Forum « Éducation comme Diaconie : l'école, lieu d'éducation à la fraternité »

Compte-rendu

- Forum « Catéchèse et Diaconie »

Compte-rendu : voir dans la liste le Forum 37 (Microsoft PowerPoint)

- Forum « Faire face au chômage »

Compte-rendu

- Forum « Les ressources de la création au service de la fraternité de tous »

A noter la volonté de faire un rassemblement éco-responsable

Extrait du dossier de presse : à la suite des travaux des évêques de France, repris dans le rapport Enjeux et Défis écologiques pour l'avenir, Diaconia a voulu contribuer à l'allégement de l'empreinte écologique. Prendre en compte cette dimension, c'est rappeler avec force que les pauvres et les précaires, proches ou lointains, sont les premiers fragilisés par les dérèglements climatiques, la raréfaction des ressources et la perte de la biodiversité.

Cette démarche éco-responsable s'inscrit dans la pensée du Pape François qui appelle à « garder la création toute entière... » (...) « C'est le fait d'avoir du respect pour toute créature de Dieu et pour l'environnement dans lequel nous vivons ».

Réduction des déchets : pose de robinets supplémentaires pour éviter les bouteilles plastiques - Pas de vaisselle jetable sur site, mais une vaisselle réutilisable - Incitation à faire du covoiturage - Approvisionnement local - Eclairage par Led...

Vidéo Diaconia : éco-responsabilité (1min 03)

- Forum « Salariés et bénévoles dans l'action sociale  - Les gens du voyage »

- ou Forum « Roms et non Roms : cheminons ensemble... »

Compte-rendu

- Forum « Vivre la fraternité avec les personnes en souffrance psychique »

« Avec cette réalité psychique, on accueille l'inattendu de Dieu »

... est heureuse de témoigner de son pèlerinage à Medjugorje

Maison la Source : « Voici, c'est moi qui ai installé mon atelier couture. Dans cette maladie, il nous faut beaucoup de concret, ça nous détend - Je suis ici parce que je ré-apprends à vivre après une hospitalisation... »

- Forum « A tout âge, nous relevons le défit de la Fraternité »

Nous pouvons compter sur l'enthousiasme, la générosité et l'imagination des jeunes.

- Forum « S'ouvrir à l'universel, marcher ensemble pour devenir frères »

Avec, entre autres, le CCFD-Terre Solidaire et Guy Aurenche, le Secours Catholique, la DCC, Délégation Catholique pour la coopération, la Mission Ouvrière...

Compte-rendu

- Diaconie et beauté : les artistes et la culture, une chance pour la Fraternité

Une réflexion sur : comment intégrer la beauté dans le religieux ?
L'art est au service de la beauté dans l'Eglise.
Dieu est un artiste,
« L'art de Dieu : le Christ est l'art du Père » Saint Augustin.

Et toujours de riches partages en petits groupes, car il ne s'agit pas uniquement de voir tout ce qui a déjà été fait, il faut aussi proposer car « chacun, quels soient son histoire, son âge, son état de santé, ses capacités, a quelque chose à apporter à tous »

- Forum « La fête au service de la Fraternité »

Compte-rendu

- Et bien d'autres paroles dans des forums très variés :

Claude, d'Agen, a choisi de cultiver, avec des jeunes d'aumôneries, des personnes au RSA et des non-pratiquants, un champ de pommes de terre dont l'argent est transformé en cadeaux pour Noël et billets pour une croisière sur le Lot, l'idée étant de « retrouver à la même table les oubliés de la société et les chrétiens de la communauté ».

Témoignage : « Je vis avec des gens qui sont dans la misère, mais aussi dans l'amitié : aux yeux de Dieu, nous sommes égaux »

Un ancien professeur a rencontré le Seigneur en prison, il s'est alors mis au service des autres en les aidant à écrire à leur famille. Il a bénéficié du soutien de sa famille, mais ce n'est pas le cas pour tous, la sortie est alors difficile quand il n'y a personne pour les accueillir.

Propositions du Forum « Une prison près de chez nous... sommes-nous concernés ? »

Jean-Marie Martin, de la Diaconie du Var, parlait de la Parole de Dieu vue par les pauvres, ce qui étonna beaucoup un théologien, qui finalement lui répondit « Les pauvres peuvent nous faire découvrir la théologie de Dieu, ce que je ne soupçonnais pas auparavant ». A ce propos voir le très beau DVD sur la Parole de Dieu vue par les pauvres (site de Diaconia)

• Le Village de la Rencontre : des spectacles, des animations créatives et ludiques, des animations spirituelles, des partages d'expérience et

- des rencontres de témoins comme le Cardinal Sarah, président de Cor Unum (Il a rencontré les jeunes le temps d'un repas et a prolongé son séjour à Lourdes pour vivre le rassemblement jusqu'au bout) - Christian Mounzeo, militant chrétien engagé contre la corruption au Congo Brazzaville - Le Père Gustavo Gutierrez, théologien de la libération « Le prochain n'est pas celui qui est à côté de vous, mais celui vers qui vous allez » - Mgr Mousset, de Pamiers, sur l'Eglise en milieu rural - Le Père Hilal Ziad, père jésuite syrien de Homs, sur une expérience de fraternité dans les pays en conflit - Guy Aurenche, Sr Bernadette Nana, avec les mutuelles solidaires du Burkina, sur le service du frère lointan - Mgr Stenger, le Père Lang et Oscar Chigkun Mayau, partenaire péruvien du Secours Catholique, sur l'agriculture durable pour le bien de tous... Beaucoup de ces témoins ouvrant à la dimension internationale de Diaconia.

... mais aussi ces précieux témoins que sont toutes ces personnes marquées par la grande pauvreté car « quand elles racontent leur histoire, elles livrent un peu de leur vision du monde, de Dieu et de l'homme » :

groupe "Recherche et partage de sens" d'Annecy, groupe de parole des femmes d'Epinal, les femmes d'AMA ZONE qui se soutiennent dans un quotidien difficile...

Un autre témoin rencontré, Frère Aloïs de Taizé :

« Essayez de trouver le trésor caché dans chaque personne humaine. Laissons-nous porter par le chant des autres, mais aménageons aussi des espaces de silence... Si nous pouvions découvrir un ministère qui écoute ! Si je découvre la route de Dieu, je ne peux qu'aimer... »


Diaconia 11 Taizé par SF-pau-64

- Les animations créatives et ludiques :

jeux ou sketches pour communiquer en famille, poterie, fabrication de chapelets et de cartes brodées, mosaïques...

Jeu pour dynamiser ensemble un village, animé par des jeunes ruraux

Contribuer à une œuvre commune (avec des objets de récupération) : deux mains

Des mains qui parlent :

Avoir des mains en or - Prêter main forte - Être comme les doigts de la main - Être entre de bonnes mains - Avoir le cœur sur la main - Marcher main dans la main - Donner un coup de main - Mettre la main à la pâte...

Et sur les mains « Je t'aime Dieu - Rendre grâce au Seigneur pour ses merveilles - Tu me fais rencontrer le Tout Autre - Mains ouvertes pour accueillir - Vivre libre - Ecoute - Espérance... »

Vidéo sur les mains faite dans une école primaire (13min 26)

- Parole de Dieu, prière et art...

Contempler, prier, se laisser évangéliser au contact d'une œuvre d'art (Fra Angelico)

Des gestes pour prier le Notre Père : "quand la danse se veut prière du corps et reflet de l'âme"


Diaconia 13 Notre Père par SF-pau-64

Gestuer  l'Évangile pour la faire vivre

« Quand le geste prend la parole »

Atelier et dialogue avec les participants sur le sens de la Fraternité

Un autre art plein de poésie : la danse-voltige avec la compagnie Têt'en l'air

« Les dix Paroles » Comédie musicale par des jeunes du 95 sur le parcours de foi de Moïse
et celui des 20 jeunes de cette aventure.

Passionnante aussi, que cette histoire du chant gospel, histoire de ce peuple noir qui est passé de l'esclavage à la liberté, et dont les deux personnages principaux sont Moïse et Jésus, eux qui ont vécu aussi un passage, la Pâque... Et quelle voix dans cette chapelle Notre Dame bondée, mais le chant est passé lui aussi au-delà des murs pour le plaisir de ceux qui n'avaient pu entrer ! D'autres chorales, comme l'Ancoli, Solidarité-Quartiers de Cambrai... ont aussi enthousiasmé les participants.

Vidéo St Bernard la Chapelle : gospel (2min 46)

- Partage d'expérience, partage de vie

Les Marionnettes de la Pastorale des Migrants : des préjugés et des difficultés, dues au déracinement et à l'éloignement, à la reconnaissance des valeurs et à l'intégration.


Diaconia 15 Migrants par SF-pau-64

« Je veux des amis, de la tendresse, des étoiles »
La bouleversante histoire d'un peuple qui rompt avec l'oppression
et sort de l'ombre pour aller vers la vie et la joie partagées

« L'auberge diaconale » Lieu où se mêlent textes bibliques et évènements contemporains.

« Semer l'espoir - Paroles de familles »
Par le théâtre et le chant, témoigner de la rencontre de Dieu

« Au delà des préjugés » avec les Scouts et Guides de France

D'autres groupes de jeunes ont témoigné de leurs actions pour relever les « 1000 défis »

D'autres rencontres en profondeur ont eu lieu autour de thèmes où les témoignages ont été très forts et très riches : de vrais partages autour de l'éducation, de la précarité, du deuil, des divorcés-remariés, du handicap, mieux consommer, sortir de la prostitution, de la prison ; de vrais échanges avec le réseau Saint Laurent, les groupes "Place et Paroles des Pauvres", la communauté de l'Arche, des jeunes en atelier d'insertion ou en service civique, des communautés qui ont vécu des expériences de fraternité, celles qui ont écrit le chant "Comme un cri"... et bien d'autres moments forts...

- Les animations spirituelles

La découverte des sanctuaires dont le nouveau recteur est le père argentin Horatio Brito - Vivre une démarche spirituelle sur les pas de Sainte Bernadette - Vivre un pèlerinage diocésain diaconial, comme celui de Savoie - Le chemin de croix...

Hélas le jeudi, la pluie était bien présente, ce qui n'a pas arrêté quelques courageux pour suivre ces animations en extérieur... prier et chanter leur joie, leur louange.

Mais la pluie a eu raison de quelques uns le jeudi soir pour la procession mariale, alors, ceux qui l'ont affrontée ont porté la prière des autres. « Lourdes, la ville des pauvres comme Bernadette. Tout notre travail, ce soir, nous le confierons à Marie » (D. Maciel)

Ce moment privilégié pour prier Marie était important car beaucoup, comme le père malgache Félix (qui est à Ustarritz) n'étaient jamais venus à Lourdes.


Diaconia 16 Procession mariale par SF-pau-64

Profond moment de prière entrecoupé des chants traditionnels ou plus récents à Marie.

La pluie commence à s'atténuer et beaucoup se retrouvent à la grotte pour continuer leur prière. Pour Félix, très heureux, rendez-vous est pris avec Marie pour célébrer la messe à la grotte le lendemain matin, avant le début d'une nouvelle journée.

Tout au long de ces journées, les « foulards madras » se mettaient à la disposition de tous ceux qui souhaitaient une rencontre plus personnelle, un temps d'écoute...

... des lieux permettaient, de souffler un peu ou de prier...

... pendant que les « Nez'vangiles » continuaient de semer joie et tendresse...
Leur contagion a fait naître plus d'un nez rouge !

Des lieux de convivialité offraient de quoi se désaltérer et laisser libre cours à l'imagination

• Les « fraternités »

Des petites équipes de 6 personnes environ dans l'esprit des premières communautés chrétiennes, qui se réunissaient pour vivre ensemble la communion fraternelle. Alors cette Fraternité à laquelle nous sommes invité, si elle a commencé avant et doit surtout continuer après le rassemblement, il fallait aussi la vivre pendant, en prenant le temps de se connaître et de mettre en commun ce qui a été vécu.

« Vivre la fraternité peut devenir une expérience enrichissante et inattendue. C'est aussi une invitation à se dépouiller, à se laisser entraîner dans une dynamique, et pour cela c'est une invitation à se laisser déplacer par l'autre, à entrer dans sa compréhension du monde. Vivre la fraternité, c'est entrer dans une aventure humaine et spirituelle, pour aujourd'hui et à poursuivre de retour chez soi »

Le petit cahier de la fraternité et le livret du rassemblement nous ont donc suivi, en nous interrogeant, pendant les repas et pendant d'autres moments privilégiés.

La jeune fraternité de la Pastorale des jeunes

Si la pluie n'a pas toujours favorisé les lieux pour se retrouver, la Parole de Dieu a toujours favorisé la profondeur de la réflexion et du partage.

Diaporama des moments de convivialité, sans oublier les marches, les queues... et la pluie !

{morfeo 29}

 

♦ Le rassemblement, une fête, une grande communion

avec trois temps forts


La joie, joie dans les cœurs avec tous ces regards qui ont accueilli, tous ces gestes vus, toutes ces paroles entendues, partagées, et joie qui a éclaté après toutes ces belles façons d'exprimer le Service, la Fraternité, la Foi au Dieu de Jésus Christ et la Foi en l'autre.

Jeudi, dès 8h30, avant que tout commence, Daniel Maciel : « On va vivre la joie, la fête, quelque chose qui nous transforme, et cette fête a déjà commencé hier avec l'arrivée des différents groupes. Dans les spectacles, chacun va être acteur »

• Le Freeze Mob

300 jeunes se sont figés dans le silence, puis le temps du magnifique Ave Maria de Caccini, pour manifester la force de la Fraternité contre toute forme d’exclusion. 250 autres du diocèse de Pontoise étaient sur les rampes, main dans la main. Les 2000 personnes du Village des Jeunes s'étaient immobilisés aussiun peu partout dans le sanctuaire.

Dans une société où tout va vite, où le « faire » prévaut souvent sur l’« être-avec », s’immobiliser interpelle.

Ce geste s’inspire aussi des Cercles du silence qui se sont développés depuis plusieurs années en France, en solidarité avec les personnes sans papiers.

Le temps d’immobilisation s’est interrompu par l’expression, dans les sanctuaires, de personnes vivant ou ayant vécu l’oppression et/ou l’exclusion. Ensemble, ils ont déposé aux pieds de Marie, à la Grotte, les cris de souffrance et d’espérance des exclus et isolés... et ensuite, les gestes de Fraternité n'ont pas manqué.

Vidéo Diaconia : Freeze Mob (4min 11)

• La veillée festive

A peine arrivés dans la basilique Saint Pie X, pour les congressistes, quel que soit leur âge, c'est la fête grâce à des animateurs de talent...

Petit aperçu de l'ambiance avant et après, avec quelques visages du diocèse (4min 15)


Diaconia 18 Ambiance par SF-pau-64v

Une Veillée exceptionnelle pleine de sens, à la fois festive et poétique, et aussi une invitation :

« Ouvrez tous ces verrous fermés, l’espoir a franchi les frontières,
c’est aujourd’hui le temps d’aimer. »

Dossier de presse : Les jeunes, associés de la démarche « Diaconia avec les jeunes » ont imaginé une veillée où ils nous ont parlé de leur relation avec le monde des adultes et de leurs interrogations sur la foi.
Il n’y avait ni maître ni élève dans cette représentation mais un partage d’expérience où chacun a échangé à égalité et s’est enrichi mutuellement.
Une grand mère et son petit fils entrent dans une église. Un univers qui pose question et réveille les doutes et les interrogations.
Avec eux deux, nous avons pris un itinéraire parsemé de dialogues et de chants, de danses et de surprises, qui passe par la croix, la mort et la résurrection du Christ.

Desquestions, comment avancer dans ce monde, pas toujours évident !
Et si la réponse était là, dans la Bible, le livre de la Parole de Dieu, c'est lui le chemin...

Mais la Parole de Dieu n'est pas toujours évidente à comprendre : pourquoi Jésus est monté à Jérusalem en sachant qu'il allait y être mis à mort ?

Thomas, le petit-fils« Si j'avais été là, si Jésus m'avait dit ça à moi, je lui aurais dit non, ne vas pas à Jérusalem pour ça ! Je l'aurais protégé, je l'aurais caché... comme ton père pendant la guerre... »

La grand-mère : « Quoi qu'on fasse pendant la guerre, on risque sa vie, mais lui, il ne risque pas sa vie, il la donne... »

Un chemin où l'enthousiasme peut s'écrouler à cause des difficultés, des découragements, des peurs : « Ne pas oser voir les autres, ne pas oser dire ce que l'on a envie de dire, et même la peur de soi quand on manque de confiance en soi. Jésus, tu sais tout, tu connais nos vies, tu sais que nous souffrons quand nous nous sentons exclus. Dès notre enfance, nous étions jugés et salis. Plus tard, dans notre vie d'adulte, le regard des autres nous a fait et nous fait tomber. Dépouillés, humiliés, dénudés, sales et rejetés, Seigneur, encore aujourd'hui, comme toi, beaucoup d'entre nous, étrangers, malades, divorcés, subissons des situations où l'autre, les institutions et parfois même l'Église nous rejettent, nous dépouillent de tout.

La croix, nous la portons dans nos vies, en famille, croix de l'alcoolisme, de la violence, de l'abandon. Jésus, tu nous dis de nous charger de notre croix, nous voulons te suivre, ne pas avoir peur d'aller à ta suite, avec les fardeaux que l'on porte. Nous vivons des situations d'extrême détresse, chaque jour, les rejets des familles, les jeunes en échec scolaire, les chômeurs qui se sentent coupables ainsi que les SDF, nous nous sentons tous dévalorisés et on a l'impression de descendre vers l'enfer. A certaines de nos épreuves, enfants placés, enfants abandonnés, malades, prisonniers, Dieu partage nos souffrances.

La pierre rejetée, c'est le Christ, et nous, on est comme des pierres rejetées. La pierre rejetée, ça se résume en "vulnérable, méprisé, dans la misère, brisé, tout ce qui correspond à ce qu'on vit »

Une parole lourde, mais qui, en se libérant, relève « Comme un cri ! »

« J'ai quelque chose à te demander ! » ... comme dans "les fils de Zébédée" (Marc 10, 32-45)

Jésus leur dit : « ... Vous le savez : ceux que l'on regarde comme chefs des nations païennes commandent en maîtres ; les grands leur font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi. Celui qui veut devenir grand sera votre serviteur. Celui qui veut être le premier sera l'esclave de tous car le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. » Cette Parole de l'Évangile a été gestuée par tous les participants.

Donner, donner sa vie !


... car tu es mon Père, je me confie à toi.
En toi, je me confie, en tes mains, je mets mon esprit,
je te le donne, le cœur plein d'amour, je n'ai qu'un désir, t'appartenir,
car tu es mon Père, je m'abandonne à toi,
car tu es mon Père, je me confie à toi.


Les danseurs-voltigeurs, par leur ballet aérien, ont voulu symboliser Jésus remettant son esprit à son Père.

Jésus est mort !

La grand-mère : « Écoute le silence de la croix... Les plus démunis savent ce qu'il y a de grand, à commencer par sa mère, elle est là, elle ne le quitte pas des yeux... La Vie Nouvelle commence ici... Si le grain de blé ne meurt, il reste seul, mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruits.

Dans les profondeurs de la souffrance, de l'amour, le mal est vaincu »

Thomas : « Tu veux dire que là, il pourrait y avoir de la joie ! Dieu, où es-tu ? ... La violence, elle est là, toujours la violence, le chacun pour soi... »

Mais au matin de Pâque, l'ange dit aux femmes « Vous, soyez sans crainte, je sais que vous cherchez Jésus, il n'est pas ici, il est ressuscité... »

« Ouvrez tous ces verrous fermés, l’espoir a franchi les frontières,
laissez vos peurs au cimetière, c’est aujourd’hui le temps d’aimer.
»



Suivent des récits d'actions, de quoi semer l'espoir d'un avenir meilleur...
« Avant de savoir comment les aider davantage, aimons-nous »

Le spectacle a été soutenu par des artistes confirmés qui ont impliqué fortement l’assemblée de la basilique :
- Nathalie Laporte pour la chorégraphie et la danse. Elle a dansé notamment avec des jeunes de l’Arche, du groupe "Place et Parole des Pauvres" et des diocèses
- Les danseurs de voltige du groupe TET ENL’AIR de Montpellier, avec l’autorisation très exceptionnelle des Sanctuaires pour Diaconia
- Pierre Davienne a fait partager son art de la « gestuation » de la Parole
Les jeunes ont présenté douze de leurs « mille idées pour l’avenir »

L’objectif des jeunes était de faire comprendre et partager leurs vues, d’étonner, de faire réfléchir l’assemblée, dans une ambiance chaleureuse et festive. L'objectif a été largement rempli.



La joie a été immense et on n'est pas prêt d'oublier le « Ressucito » qui a enfammé la basilique

Ressucito de Combio Dioquimper avec un aperçu de la danse-voltige (1min 16)

Ressucito de St Bernard la chapelle (3min 22)


• La nuit des veilleurs dans la foi

Pour prolonger la soirée, une « nuit des veilleurs » a été proposée pour cette dernière nuit à Lourdes. Différentes animations ont été proposées :

- De la musique tzigane, des chants bretons, une atmosphère de fête, de partage et de prière



- Des rencontres de témoins pour continuer d’échanger sur différentes dimensions concernées par la fraternité.

Parmi ces témoins, Elena Lasida, économiste uruguayenne, auteur du livre « Le goût de l’autre ». Elena travaille également à Justice et Paix, un service de la Conférence des Évêques de France.

Ainsi que Gilles Rebêche, diacre du diocèse du Var, et qui a introduit la messe de l'Ascension,

Christine Köhler et Jules sur « Oser la rencontre avec le frère, la sœur venus d'ailleurs »

et Mgr Grallet, évêque de Strasbourg sur « L'Eglise et les pauvres avec St François »

(cliquer sur la photo  pour lire les messages des deux premiers intervenants)

- La messe à la Grotte dans la nuit

- Une veillée de prière et d'adoration avec la communauté de l'Arche de Cognac qui a mimé la Parole où, le soir du Jeudi Saint, « Jésus lave les pieds de ses disciples », geste de la fraternité, geste d'humilité : « Le chemin du serviteur est un chemin de conversion, même si des difficultés nous guettent... »

Cette veillée a donc été une invitation à poser quatre gestes :
. Se laver les pieds les uns les autres
. Vivre le sacrement de la Réconciliation
. Prendre un temps de parole et d'écoute auprès des écoutants (foulards madras)
. Adorer le Saint Sacrement

Monseigneur : « Nous avons besoin des autres, de tous, de chacun, pour nous laver les pieds les uns les autres ; les membres les plus faibles sont nécessaires, ça ne veut pas dire qu'ils doivent rester les plus faibles.
Aide, soutien mutuel, nous sommes à l'opposé de certains critères de la société, mais nous acceptons de marcher à l'envers pour vivre l'Évangile à l'endroit
»

Les lycéens du FRAT, grâce à un petit film, nous ont montré comment approfondir ce geste du lavement des pieds, en mettant les mains sur les épaules de celui à qui on a lavé les pieds, toujours en silence et lentement, pour lui faire comprendre qu'il est notre frère. Un témoin : « C'est un moment très touchant, car je me sens très indigne de me faire laver les pieds et de laver ceux de quelqu'un »

Chant d'adoration par les "écoutants" (2min 52)


Diaconia 21 Adoration par SF-pau-64

 

♦ Le rassemblement, une action de grâce

avec deux belles Eucharisties présidées par Messieurs les Cardinaux Sarah et Vingt-Trois, et articulées sur trois Paroles « Je suis au milieu de vous comme celui qui sert – La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle – Vas trouver mes frères »

• L'Eucharistie de l'Ascension

Chacun se prépare, diacres, prêtres et évêques sont au milieu de leurs fidèles, le diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron est bien là pour accueillir la Parole de Dieu et rendre grâce pour cet évènement qui est en train de se vivre.

Tout est prêt, la chorale chante les Béatitudes : Heureux qui observe le droit en toutes chose... heureux qui pense au pauvre et au faible... heureux qui met sa foi dans le Seigneur...

De très beaux gestes vont ponctuer cette Eucharistie, comme ce geste d'accueil effectué par les diacres : ils mettent un peu de parfum de lavande sur les mains qui se tendent.

Gilles Rebêche fait mémoire de cette pauvre femme qui a versé du parfum sur la tête et les pieds de Jésus (voir son introduction complète un peu plus haut) : « ... La femme au vase d'albâtre contenant un parfum précieux est l'image de tous ceux et celles dont on se détourne, comme s'ils sentaient mauvais, mais qui possèdent en eux une richesse incroyable d'amour et de don, mais qui ne savent pas toujours comment l'exprimer.


En faisant voler en éclats le vase d'albâtre qu'elle va briser pour répandre le précieux parfum, cette femme fait voler en éclats les préjugés et les jugements qui, dans nos communautés et nos groupes, empêchent les plus pauvres et les plus fragiles de nous faire respirer le parfum de l'Évangile. Ici, à Lourdes, Bernadette Soubirous en est le plus beau témoignage...

... La charité, comme le parfum, crée une atmosphère de bien-être et de fête... Ce qui a le plus de prix, c'est d'abord le geste d'amour...Quand on accueille Jésus chez soi, il ne vient jamais seul. Il est accompagné de tous les blessés de la vie...

Nous voici mis au parfum, frères et sœurs ! Entrons dans cette liturgie eucharistique où, en ce soir de l'Ascension, Jésus redit à son Église et au monde entier « Et moi, je suis avec vous, au milieu de vous comme Celui qui sert, jusqu'à la fin du monde » Puissions-nous accueillir cette promesse comme un parfum de grand prix qui vient embaumer nos cœurs et toute notre vie. »

Monsieur le Cardinal Sarah préside avec simplicité cette célébration priante et joyeuse.

Lecture du livre des Actes des Apôtres (1, 1-13) : récit de l'Ascension du Seigneur
et Psaume 46 (47)

Un autre geste : la lecture en braille de la lettre de Saint Paul Apôtre aux Éphésiens (1, 17-23)

Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu (26, 16-20)

« ... De toutes les nations, faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ; apprenez-leur à garder tous les commandements que je vous ai donnés. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde.»

Texte complet de l'homélie

« ... Aujourd'hui, à l'ombre de Notre Dame de Lourdes et dans une attitude d'humilité et de foi semblable à la sienne, nous voulons recueillir les fruits abondants que l'Esprit Saint a produits au cour de ces deux ans de prière et de réflexion sur le service ou mieux la pastorale de la charité de l'Église qui est en France. Et nous voulons surtout le faire en présence de Jésus qui, monté au ciel, nous demande de poursuivre sa mission...

Jésus, notre seul Maître et Modèle de vie. La contemplation du Mystère du Christ nous est nécessaire en tout temps : c'est d'elle que découle l'agir chrétien, le rayonnement familial, social et politique de la vie intérieure, tout l'ordre moral en somme...

Dans notre engagement en faveur des pauvres et des nécessiteux, dirigeons sans cesse nos regards et notre cœur vers Jésus Christ ; sans lui, nous ne pouvons rien faire de consistant en faveur de l'homme et surtout du pauvre et du malheureux. Soyons intimement unis à Jésus Christ... »

La prière universelle en même temps que l'offertoire a été un autre moment très fort avec l'arrivée de tous les cubes et de ceux, d'origines diverses, qui les accompagnent : une invitation à prier pour les enfants, la familles, les divorcés, les personnes malades ou handicapées, les personnes fragiles, les étrangers, les chômeurs et les personnes en grande précarité, les communautés chrétiennes en action en France ou dans le monde, l'œcuménisme, ceux qui prient, les mouvements et services, les personnalités qui ont offert leur vie aux pauvres et ont construit avec eux un monde meilleur, les personnes qui continuent aujourd'hui de suivre le Christ en étant serviteur...

Les 86 évêques présents vont entourer l'autel.

Encore un geste symbolique : le Cardinal Sarah qui s'avance vers un servant en fauteuil et s'agenouille devant lui pour être à sa hauteur.

Quand le Notre Père et le geste de paix se font communion... quel bonheur intérieur !

« Viens, Maître de l'amour, apprends-nous à aimer aujourd'hui.
Viens, Maître de l'amour, mettre de l'amour dans nos vies.
»

Le bouquet final de la célébration a été le message d'encouragement du Saint Siège
lu par Mgr Bernard Housset et très applaudi. Les protestants de France avaient aussi envoyé un message d'encouragement pour cette initiative, tout comme le Cardinal Barbarin, absent de Lourdes en raison du synode.

Texte complet

Vidéo Sanctuaires Notre Dame de Lourdes : extrait du message du Saint Siège (3min 17)

Le Cardinal Bertone, Secrétaire d’État nous invite « En s'associant avec les plus pauvres, il s'agit de redécouvrir des expériences prophétiques et pleines de sens. L'Église est donc appelée à être dans le monde le signe de la bonté, de la compassion et de la tendresse paternelles de Dieu pour chaque personne. C'est par ce témoignage que les chrétiens coopèrent à la Nouvelle Évangélisation (…) Le Pape François encourage tous les fidèles de l’Église en France et tous les participants à ce rassemblement à ouvrir les portes de leurs communauté pour que, animées par le sacrement de l’amour, celles-ci deviennent des lieux de rencontre, de charité, pour tous ceux qui cherchent une main fraternelle. L’Église, à la suite du Christ, rejoint et accompagne tous ceux qui sont écrasé par les épreuves de la vie »

• La célébration de l'envoi

Malgré le programme chargé, l'enthousiasme n'est pas retombé et tout le monde est prêt à bien vivre cette dernière journée. L'œuvre commune des mains est dressée devant l'autel et, depuis la veillée, notre jeune animateur est encore monté sur ressorts !

En deux jours, beaucoup de pierres ont été façonnées pour permettre de construire l'avenir

Entrepreneur d'humanité pour un monde d'espérance,
Seigneur, tu viens nous appeler, tu nous ouvres ta confiance.
Tu viens nous faire entendre en parabole que l'homme est au cœur de ton grand projet,
à nous de comprendre notre vrai rôle dans notre quotidien face aux réalités.

C'est le temps de "la récolte" de ces journées

De nouveau le corps tout entier traduit ce qui a été reçu et qui doit être offert

et qui se résume dans cette Parole « Va trouver mes frères et dis-leur » (45 s)


Diaconia 23 Va trouver mes frères par SF-pau-64

Daniel Maciel a reposé les trois questions :

1- Qu'est-ce que je découvre de Dieu à travers la rencontre de l'autre .
2- Être au service, ça change quoi pour moi ? Ça m'engage à quoi ?
3- Une Église au service, quelles images cette expression fait naître en moi ?

- Question 1

Geneviève au nom du groupe "Place et Parole des Pauvres" :

Vidéo Diaconia : Geneviève du groupe PPP (7min 59)

« Imaginez chaque facette d'un diamant, Chaque facette reflète quelque chose de différent, et bien, chacun de nous, on vit et on exprime quelque chose de différent sur Dieu. Dieu se sert de nous pour dire quelque chose aux autres, quelque chose de ce qui il est. J'ai besoin de l'expérience de chacun pour découvrir une facette de Dieu. Celui qui est à côté de moi, il m'apprend la fraternité, surtout s'il y a eu des conflits car il m'apprend le pardon...

Tout seul, on ne peut pas avancer, le frère est là pour marcher avec nous. Par exemple, les frères m'ont apporté d'oser être qui je suis et de ne pas me sentir différente, autrement que les autres...

Si on ne prend pas le temps du partage de la parole, de la convivialité, si on ne prend pas le temps du partage de nos faiblesses et de nos merveilles on ne peut pas connaître l'autre... Il est important de prendre du temps pour partager, se connaître, découvrir le Christ en l'autre car ce n'est pas que des mots. On ne peut pas vivre ce qu'on a vécu ici sans que ça change quelque chose... »

Ce que j'ai appris dans notre groupe "Place et Parole des Pauvres, c'est que Dieu est vrai : j'ai pu rencontrer des gens qui vivaient la croix, la souffrance, l'abandon et qui vivaient une résurrection. C'est tout l'Évangile qui est vrai... Les mots confiance, espérance prennent un sens et sont vivants en moi parce qu'ils sont vrais dans la vie des autres... Comment dire l'essentiel ? Par trois petites phrases : J'ai besoin de toi, j'ai confiance en toi, alors viens, qu'est-ce qu'on fait ensemble ?... Quelqu'un du groupe a dit : je voudrais que Dieu ouvre son ciel avec un feu d'artifice pour recevoir plein d'étoiles avec des mots d'amour dessus pour qu'on les reçoivent »

François Soulage :
« Que les pauvres, les plus fragiles soient toujours ceux qui nous montrent le chemin »

Elisa, bénévole à la coordination de Diaconia : « A toutes ces mains qui travaillent dans l'ombre, à tous ces bénévoles, MERCI... J'ai aussi participé au groupe "Place et Parole des Pauvres" et j'ai vu la tendresse qui montre combien Il se remet entre nos mains : la tendresse est le signe de la fragilité de Dieu... »

Vidéo Diaconia : Jonathan de la communauté des gens du voyage. (3min 35)

«Comment regarder positivement l’autre, reconnaître Dieu en lui, quand on est exclu ?... Nous avons reçu un baptême, par ce baptême Dieu nous a donné son Esprit. Il nous fait comprendre, le Christ l'a dit lui-même, qu'il devient UN avec l'humanité par l'Esprit qui nous anime, alors nous pouvons voir avec les yeux de Dieu. Une fois que le Christ a changé nos cœurs, nous pouvons répondre à cette question.

Lorsque j'arrive dans une ville avec ma caravane et que je ne suis pas rejeté mais accueilli avec mes différences, je découvre dans l'autre l'accueil de Dieu lui-même. Quand je rencontre des difficultés pour travailler et gagner ma vie, et que l'autre ne se méfie pas de moi parce que je suis différent, et que par notre échange, j'ai de quoi subsister, je découvre en lui la générosité de Dieu. Quand tout est trop dur pour moi et que je rencontre quelqu'un qui m'écoute, je découvre en lui la patience de Dieu qui penche vers moi son oreille... Et quand je regarde autour de moi dans cette basilique et que je vois tous mes frères et sœurs rassemblés pour servir la fraternité, je découvre en vous, je découvre en nous l'Esprit Saint qui nous guide et nous anime. »

- Question 2

D'autres témoins : « Ça m'apprend à me laisser accueillir, à ouvrir mes yeux - Apprendre à ma connaître à travers la reconnaissance des gens - Rester humble - Le plaisir d'offrir - La vie est au service de la vie : réciprocité, humilité pour se rabaisser et aller vers l'autre - Être attentif, ouvrir les yeux du cœur - Un non-voyant : oser aller vers l'autre, un roumain m'aide et je l'aide - Sourire pour redonner confiance aux autres : rien n'est jamais foutu, on peut repartir.

S'engager pour comprendre les autres, et ça commence au pied de son immeuble - Faire que ceux qui ne sont pas entendus le soient - que les gens s'engagent... »

- Question 3

Les belles images de l'Église au service : « L'entraide des femmes d'agriculteurs - La Croix car c'est le don, la difficulté et ma source - Quand chacun qui fait attention à l'autre - Quand l'Église va à la rencontre de l'autre... »

Comment aider l'Église à être plus au service ? « Le service de la charité n'est pas l'exclusivité d'une seule personne, c'est tout le monde qui doit s'en préoccuper. Tout ce travail n'est jamais fini, mais le Christ est avec nous jusqu'à la fin des temps. »

Mgr Bernard Housset et François Soulage ont relevé douze mots, et si ces mots devenaient les nôtres ! Quel programme pour continuer de faire vivre la Diaconie ! EVANGILE, il nous donne la force de nous mettre en route, CHRIST SERVITEUR, une façon de ne pas se tromper, ACCUEIL de la différence, ECOUTE, LIBERATION de nos certitudes, de nos conforts pour laisser le Christ envahir nos vies, CONVERSION, demandons au Saint Esprit de l’accomplir en nous, JUSTICE, REGARD, certains peuvent blesser, humilier, d’autres relèvent et font grandir, RESPONSABILITE, la nôtre face à cette terre que Dieu nous a confiée  (le rassemblement s’est voulu écoresponsable), RECIPROCITE car tous nous avons des richesse à partager et Dieu la vit avec nous, FRATERNITE et PROXIMITE, nous n’avons jamais fini de nous rendre proches les uns des autres.

Puis Charlotte, porte-parole de chacun, a proclamé le message final, l'envoi en mission.

vidéo Diaconia : message final (4min 23)

Texte en PDF ou voir à la fin de l'article.

Ensuite, les briques sont reparties aux périphéries de la basilique pour que le message soit envoyé aux périphéries du monde. Quant aux délégués diocésains, ils l'ont reçu pour le transmettre.

« Nous portons dans cette messe tous les remerciements car cette messe est action de grâce »

La messe présidée par Monsieur le Cardinal Vingt-Trois

« Merci au grand acteur de notre Fraternité : le Christ Sauveur.

Portons dans nos prières ceux qui ne peuvent être là : les prisonniers, les malades... »

Texte complet de l'homélie du Cardinal Vingt-Trois

« ... Pour préparer ses disciples à ce temps nouveau qui est le dernier... Jésus leur donne une mission, il leur donne une promesse, il leur donne un chemin. La mission : être ses témoins parmi les hommes... Ils ont été les témoins de la mort et de la résurrection de Jésus. Et, à travers ce témoignage, ils sont appelés à annoncer la nouvelle extraordinaire dont Jésus a été le messager et l'acteur : Dieu a aimé le monde, Dieu aime les hommes, Dieu est un Père.

Dieu connaît le cœur de chacun d'entre nous... mais Dieu n'est pas seulement celui qui connaît notre vie, il est surtout celui qui accompagne notre vie, celui qui nous tient par la main et qui nous conduit avec amour et patience. C’est de cela que nous, témoins du Christ, fortifiés par l’Esprit Saint, nous sommes appelés à rendre témoignage.

Devant aucun homme, devant aucune femme, devant aucune existence, devant aucune blessure de la vie, nous n’avons le droit de détourner les yeux, nous n’avons le droit de désespérer... Cette mission, Jésus sait bien, et les disciples savent bien eux aussi que nous n’avons pas par nous-mêmes la force de l’assumer. C’est pourquoi cette mission est assortie d’une promesse, la promesse de l’envoi de l’Esprit Saint, cet Esprit du Christ qui vient habiter le cœur des croyants et qui fait d’eux la demeure de Dieu parmi les hommes... Cet Esprit Saint, qui est la force de Dieu lui-même, est capable de reprendre notre existence au creux de sa faiblesse, capable de briser notre indifférence et notre égoïsme, capable de construire dans notre vie une existence de frère et de sœur...

Une mission, une promesse, une mission confiée, une promesse accomplie et un chemin. Et nous, qui marchons à la suite du Christ avec nos lourdeurs, nos faiblesses, nos péchés, nos misères, nos pauvretés, nous aussi, comme Marie, nous nous demandons comment cela se fera-t-il ? Dieu ne nous demande pas d’être des encyclopédies vivantes, il ne nous demande pas d’être des bibles ambulantes, il nous demande de garder sa parole c'est-à-dire de garder vivante dans notre cœur la parole qu’il y a inscrite et qu’il y inscrit jour après jour. Nous n’avons pas besoin d’une mémoire exceptionnelle de surhomme, nous connaissons suffisamment de paroles de l’évangile pour conduire notre vie et je dirais même que nous avons de la marge ! En effet, aimer ses ennemis, cela prend du temps, nous aimer les uns les autres, cela demande un effort et nous aimer comme Jésus lui-même nous a aimés, jusqu’au point de donner sa vie pour nous, cela demande toute une existence avant d’y arriver. Mais soyez tranquilles, nous y arriverons tous. Nous arriverons tous à perdre notre vie ! Mais la question, c’est de savoir si nous arriverons à la donner. Parce que pour la perdre, cela ne dépend pas de nous ! Mais pour la donner, cela dépend de nous...

Chaque fois que l’eucharistie nous rassemble comme le corps du Christ, il nous envoie pour devenir ses témoins avec la force de l’Esprit. Celui qui dit qu’il aime Dieu qu’il ne voit pas mais qui n’aime pas son frère qu’il voit, est un menteur dit saint Jean. Celui qui essaye de croire au Christ ressuscité, de communier à son corps et à son sang mais qui se refuse à entrer en communion avec ses frères est un menteur... Cessons d'être des menteurs !

Ce que nous avons vécu ici à Lourdes peut devenir un nouveau départ pour vivre de façon renouvelée la charité dans nos communautés... Contemplons cette Eglise rassemblée dans la prière avec Marie en son centre et qui implore la venue de l’Esprit Saint pour que toute notre vie soit renouvelée et ouverte à l’amour. Tous ensemble, du fond du cœur, nous prions les uns pour les autres, pour que nous soyons à notre tour comblés de la joie du Christ. Amen. »

Les cubes, image des 1000 visages de l'Église, ont de nouveau accompagné la prière universelle

Pendant la communion, quelques paroles de notre Pape François aident à prier

Avec tous ces évêques ou cardinaux, c'est toute l'Église de France qui est là, par ses pasteurs

... et qui reçoit, avec la bénédiction finale, l'envoi en mission.

Va retrouver mes sœurs et mes frères dans le monde d'aujourd'hui,
Va retrouver mes sœurs et mes frères au quotidien de ta vie.

Il y a toujours, toujours à grandir avec amour, à côtoyer nos sœurs et nos frères fragilisés.
Il n'y a jamais, jamais de dons sans altérité, nos différences nourrissent notre humanité.

Il y a toujours, toujours à donner un peu de soi. Tous nos projets avancent peu à peu.
Il n'y a jamais, jamais de vrais dons sans écouter, frères et sœurs sont partenaires de nos combats

Steeve, Daniel et tous ceux qui ont préparé Diaconia ont des raisons d'être heureux car la richesse de chaque instant vécu et cette fraternité à laquelle tant de personnes aspirent a été une réalité, alors :

« Montrez ce dynamisme pour montrer que ces changements sont possibles »

 

♦ Le rassemblement, une invitation

à changer son regard : un regard qui ne juge pas mais qui aime – à témoigner de ce dynamisme vécu – à travailler ensemble, à ne pas faire pour les autres mais avec les autres – à redonner confiance – à se faire petit, humble, pour servir.

Pour nous qui avons eu l'immense chance de vivre ces trois jours, tout cela restera en nos cœurs, car tout cela a fait que les fragilités (celles des 3000 personnes en situation de précarité et les nôtres) sont devenues des richesses : elles nous ont permis de nous découvrir et de vivre ce temps de rencontre en vérité et avec le regard d'amour auquel nous invite le Christ.
Et pour vous tous qui n'avez pu venir à Lourdes, nous vous offrons toutes ces paroles, ces images, ces gestes pour vous aider à continuer votre chemin et à renforcer vos convictions dans ce que vous faites dans le quotidien de vos vies.

Car attention !

• Ce rassemblement n'est pas une fin mais un commencement.

• « Les 12 000 congressistes sont les représentants de millions de personnes, parmi lesquelles il y a des personnes engagées » (F. Soulage).

• « Nous avons fait l'expérience d'une Eglise pauvre qui a besoin de tous, dont des plus fragiles. Les plus pauvres ont été mis en lumière, nous sommes responsables pour que cette lumière continue » (D. Maciel)

• « La fraternité, c'est la foi en acte, en exercice » (Mgr B. Housset)

• Tout ce que nous recevons, c'est pour le redonner.

Personne n'est trop pauvre pour n'avoir rien à partager


Grâce à toutes ces images, ces paroles, nous espérons que vous vivrez ou revivrez ce temps très fort à Lourdes, ville du message de Marie aux pauvres, et sachez que, si vous n'avez pas pu venir, nous vous avons portés dans nos prières

Un très grand merci à chacun, à Mgr Bernard Housset pour avoir osé engager l'Église de France - dont les Dom-Tom aussi - dans cette extraordinaire aventure, à l'équipe nationale, aux équipes diocésaines, à ceux qui ont construit le projet, au comité de pilotage, aux animateurs des forums et de toutes les animations (Steeve et tous les autres pour la joie qu'ils ont mise), aux intervenants, à tous les témoins pour ce qu'il nous ont offert avec un cœur immense, à la ville de Lourdes - sans oublier les responsables des Sanctuaires, de la cité St Pierre, du Village des Jeunes et... la patience et l'adresse de se chauffeurs de navette dans les embouteillages - Tous les acteurs de l'éco-responsabilité...
Un très grand merci aussi à tous les techniciens et à tous les bénévoles, tous ceux que l'on a vu, mais aussi tous ceux qui sont resté dans l'ombre et ont fait un travail admirable, comme ceux de la communication qui nous ont offert un très grand nombre de documents écrits ou audiovisuels.
Un un dernier très grand merci à chacun car chacun a fait en sorte que le mot Fraternité ne soit pas qu'un mot mais une réalité.

Conférence de presse : un moment très riche aussi

Vidéo Diaconia : le travail des bénévoles

Merci Joachin, Bertand, Michel, Bénédicte et tous les autres

Message d'envoi :


Diaconia 27 Diocèse par SF-pau-64