La Journée Mondiale de Prière  des femmes est un mouvement international de femmes issues de toutes confessions chrétiennes.

Il organise chaque année, dans le monde entier, le premier vendredi de mars, une “Journée de Prière”. Elle est célébrée à ce jour dans 180 pays différents. Chaque année, des femmes d’un pays et d’un continent différents préparent la célébration, sélectionnent les textes et rédigent les prières.

Le groupe de préparation de la Journée Mondiale de Prière de Pau (catholiques, protestantes, anglicanes) nous a invités très cordialement à la célébration annuelle œcuménique qui a eu lieu le vendredi 2 mars à 18h30 à l'église anglicane Saint-Andrew, 8 Rue O' Quin à Pau, comme dans 200 lieux en France.

La célébration a été suivie d'un pot de l'amitié.

Retrouvons ces prières et ces beaux témoignages des femmes du Suriname,
un pays riche de sa diversité culturelle et ethnique, et de la beauté de sa nature,
mais qui, d'après les prières, souffre de maux communs à bien des parties du monde.

Le Suriname est un petit état, grand comme un tiers de la France, constitué à 90 % de forêt tropicale à la biodiversité spectaculaire. Mais les femmes surinamaises nous font partager leurs inquiétudes et leurs préoccupations face à l’avenir de leur pays et de notre planète toute entière. Nous voyons déjà les changements climatiques ; le réchauffement de la planète se fait grandement ressentir dans leur pays. Elles attirent notre attention sur la nécessite absolue de sauvegarder la création.

Sens de l'affiche par l'artiste qui l'a créée : Alice Pomstra-Elmont.
Nous habitons dans un beau pays qui nous a été donné par notre Créateur. Je le considère comme un cadeau extraordinaire que nous nous devons de chérir : une nature grandiose aux forêts et aux montagnes imposantes pourvues de superbes rivières aux rapides impressionnants. C’est un pays plein de richesses, avec de magnifiques fleurs et animaux, mais aussi de la nourriture en suffisance pour tous. C’est un beau cadeau, préservons-le en l’état afin de le transmettre aux générations à venir.
Nous pouvons y apprécier symboliquement les mains qui reçoivent le cadeau divin et qui le transmettent aux générations à venir. Chaque jour, le soleil brille et se lève sur la terre où les animaux et les plantes ont trouvé leur place. Les légumes et les fruits nous indiquent que la nourriture y est suffisante pour tous. Le colibri à menton bleu, l’ibis blanc et l’ara ne sont que quelques-uns des nombreux oiseaux faisant la fierté de notre pays. La grenouille bleue est une des espèces animales protégées endémique du Suriname. Les plantes rouges et jaunes du genre Héliconia sont originaires de notre pays. Le majestueux kapok, est le géant solennel de nos forêts.
Les sept femmes symbolisent les femmes du Suriname. Le nombre sept symbolise également les sept jours de la création de Dieu.

Le thème : "Voilà, c'était très bon" (Genèse 31) a été choisi
par les femmes du Suriname.
Un hymne à la beauté de la Création.

  • Bienvenue et accueil

Nous remercions Dieu pour la beauté du Suriname : un pays dont la faune et la flore sont incroyables et où de nombreux groupes ethniques vivent ensemble dans la paix.
Nous remercions Dieu pour la liberté de pratiquer notre foi et d'avoir la possibilité de célébrer côte à côte, puique la mosquée, la synagogue et l'église sont voisines à Paramaribo, la capitale du Suriname.
Toute la création de Dieu est très bonne ! Disons-le en langue sranan :
A heri grontapu di Gado meki bun doro, dóro  !

Nous, les femmes de la JMP du Suriname, nous vous invitons à cette célébration. Notre première célébration a eu lieu à l'église morave en 1953 en tant que groupe œcuménique. Certaines de nos organisatrices étaient des femmes de pasteur de l'Eglise Réformée. Nous rendons grâce pour le témoignage de nos sœurs fondatrices.
Aujourd'hui, nous venons avec nos dons représentant le Suriname, la diversité culturelle et ethnique de ses habitants et la nature que Dieu a placée dans nos mains pour que nous en prenions soin.
A heri grontapu di Gado meki bun doro, dóro  !

  • Appel à célébrer

Seigneur, nous t'invitons à venir parmi nous. Bénis celles et ceux qui prient avec nous aux quatre coins du monde.
Nous vous invitons à échanger un bracelet en signe de paix puis à chanter.

Après cet accueil, voici quelques portraits de femmes du Suriname.

Je m'appelle Alima. J'étudie et je vis à Paramaribo. J'appartiens à la tribu Arawak. J'ai quitté mon village indigène de la région de Sipaliwini pour aller étudier à la capitale. Mes ancêtres sont les premiers habitants du Suriname et nous sommes fiers de vivre en harmonie avec notre habitat naturel. Pendant les vacances, je retourne dans mon village. Nos mères font de l'huile à partir des graines de krapa et, avec l'argent de la vente, elles nous achètent des fournitures scolaires. Nous avons également de la famille à Galibi. Cette région de Marowijne est engagée dans la protection des tortues de mer. Notre style de vie tend à prendre soin de la nature et à la préserver. Elle nous fournit les arbres krapa, de l'or, de la bauxite et de magnifiques tortues de mer.
Seigneur, nous te rendons grâce et nous te louons !

Je m'appelle Muyinga et je viens aussi se Sipaliwini. Mes ancêtres étaient des esclaves africains qui se sont enfuis des plantations vers l'intérieur des terres pour vivre libres en communautés et loin des plantations. On nous appelle les « noirs marrons » et ensemble, nous vivons encore dans des villages. Nos ancêtres ont gardé beaucoup de traditions de l'Afrique occidentale. Nous vivons dans la forêt tropicale et dans la montagne qui nous procurent nourriture, plantes médicinales et beauté à l'état naturel. Nous aimons nous baigner et pêcher dans les rivières. Sipaliwini, Marowijne et Brokopondo sont des régions où de grandes étendues naturelles sont encore dans leur état originel. La forêt amazonienne représente 94% de notre pays et elle joue le rôle de « poumon de la terre » !
Seigneur, nous te rendons grâce et nous te louons !

 

Je m'appelle Mei Ling et je descends d'immigrants chinois. Je vis dans la région de Coronie. Quand mes ancêtres sont arrivés au Suriname, ils ont été installés dans les plantations sur la côte comme agriculteurs. Plus tard, ils ont fondé des petits commerces tels des épiceries ou des restaurants. Coronie est réputée pour ses coquillages de mer, ses cocotiers, ses fleurs, ses oiseaux zt ses abeilles qui produisent un miel succulent. L'huile de noix de coco est très bonne pour la santé !
Seigneur, nous te rendons grâce et nous te louons !

Je m'appelle Carolina et je vis à la Prospérité qui était autrefois une plantation forestière dans la région de Para. On me considère créole ; mon père était européen et ma mère d'ascendance africaine. Mes ancêtres ont acheté une plantation forestière à un propriétaire français du Suriname. Je vis seule avec mes cinq enfants. En cultivant du manioc, je peux élever mes enfants. Je fais du pain complet au manioc ou fourré à l'ananas et à la noix de coco. Je le vends à l'aéroport international. Ma sœur cultive du gingembre, de l'ananas, de la patate douce, du manioc, du taro (une sorte de chou). Ici, nous sommes reconnaissantes parce que nous possédons des ressources importantes d'eau douce. Mais nous sommes inquiètes face aux méthodes récentes d'extraction de bauxite et d'or.
Seigneur, nous te rendons grâce et nous te louons !

Je m'appelle Willemien mais tout le monde m'appelle Willie. Je suis une des descendantes de fermiers venus des Pays Bas pour travailler au Suriname.Nous sommes reconnus comme des boers. Beaucoup d'entre nous n'ont pas survécu aux maladies tropicales. Nous nous sommes installés dans la région de Paramaribo, près de Kwatta, où plusieurs sont encore agriculteurs ou éleveurs de bétail, mais nous exerçons aussi d'autres professions. Mon mari et moi-même avons une petite ferme où nous élevons porcs, vaches et poulets. Nos enfants nous aident à cultiver des légumes bio.
Seigneur, nous te rendons grâce et nous te louons !

Je m'appelle Shanti. Je vis dans la région de Nickerie. Après l'abolition de l'esclavage, les travailleurs des colonies néerlandaises ont été embauchés comme ouvriers agricoles sous contrat. Au début, ils pouvaient travailler uniquement chez l'employeur qui les avait engagés ; ensuite, ils ont pu revenir dans leur pays d'origine ou trouver un autre emploi au Suriname. C'est ainsi que mes ancêtres sont venus de l'Inde. Je travaille et j'ai ma propre famille ici. Mes enfants étudient à Nickerie mais devront aller à Paramaribo pour suivre des études supérieures et aller à l'université. Mes parents sont riziculteurs et mon mari travaille dans une exploitation bananière. Dans la région de Saramacca, certains membres de ma famille ont trouvé un emploi dans une compagnie pétrolière. Nickerie se situe à la frontière du Guyana et beaucoup de Guyanais passent au Suriname pour venir y travailler.
Seigneur, nous te rendons grâce et nous te louons !

Je m'appelle Kartini et je vis encore avec ma famille dans la région de Commenwijne où mes ancêtres se sont installés après leur arrivée d'Indonésie. Ils étaient ouvriers agricoles sous contrat. Autrefois, la région produisait du café, du coton, du cacao, du tabac, de l'indigo et avait des plantations de canne à sucre. Actuellement mes frères et sœurs sont dispersés dans tout le pays. Je suis horticultrice et mon mari est pêcheur. Récemment, ma fille ainée a même pu intégrer le lycée près de chez nous.
Seigneur, nous te rendons grâce et nous te louons !

Récit de la Genèse (1,1-31)... La Création : « Dieu vit que cela était bon »

  • Méditation

Ce que Dieu crée est toujours bon ! Au cours des cinq premiers jours, tout ce qui est nécessaire à la création de l'être humain est prêt. Nous sommes créés à l'image de Dieu. Notre dignité vient simplement de l'amour de Dieu et le créateur nous tient responsables de la sauvegarde de l'environnement et de tout ce qui vit sur terre. Nous ne devons rien négliger ni gaspiller. Il est temps de réfléchir sérieusement à ce que nous avons fait de la création de Dieu. Quelle est notre contribution à sa restauration ? Suis-je conscient que je fais partie, moi aussi, de la création parfaite de Dieu ?

Dieu est digne de confiance et l'Esprit de Dieu prie avec et pour nous. Ne restons pas les bras croisés mais faisons de notre mieux pour préserver la terre pour celles et ceux qui viendront après nous. En tant qu'êtres humains, nous faisons des promesses que nous n'arrivons pas toujours à tenir, ce qui ne veut pas dire que nous restions assis à attendre. Faisons savoir aux autres que nous avons toutes et tous la responsabilité de prendre soin de l'environnement. Que notre créateur nous donne la sagesse, la force et le courage de traduire en actes l'appel de Dieu pour la justice climatique.

  • Ont suivi une confession et des demandes de pardon

pour avoir négligé de prendre soin de la création de Dieu, même dans la vie quotidienne, de mettre en danger l'avenir de la terre pour les générations futures par un développement et une consommation non responsables, des actes qui provoquant la destruction de l'environnement, et de ne pas avoir prêté assez attention aux besoins de notre prochain alors que Jésus nous a demandé de le faire :

Seigneur Dieu, créateur du monde, Dieu de toute humanité et Père de Jésus Christ, nous voici en ta présence pour demander ton pardon pour le mal que nous avons fait en détruisant ta création. Pardonne notre négligence envers ta création et notre intolérance à l'égard des autres. Nous nous repentons de ce que nous avons fait, nous voulons nous engager à être de meilleurs gérants de ta création et les serviteurs de notre prochain, à l'exemple de Jésus Christ. Amen.

Jésus dit : « Je suis la vigne, vous êtes les sarments. Ceux qui demeurent en moi et en qui je demeure, ceux-là porteront du fruit en abondance, car en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire » (Jean 15,5)

  • Offrande : les projets

Secours Catholique - Caritas France :
Suite à la guerre civile et la réouverture des frontières en 1991, nous voulons soutenir les populations surinamaises réfugiées en Guyane. Le public accueilli- 30 % de surinamais- est majoritairement féminin, en situation irrégulière ou en rupture de droits et dans une situation de grande précarité notamment avec des enfants en bas-âge. Ce projet permettra de renforcer l’action de la commission des aides qui subventionne 7 lieux d’accueil-écoute répartis sur l’ensemble du département. Ces équipes proposent une aide matérielle et un accompagnement dans les démarches administratives en même temps que l’apprentissage du français.

Société luthérienne de mission :
Projet d’action en faveur du peuple Apurinà, minorité ethnique qui vit dans la forêt d’Amazonie au Brésil. Comme d’autres peuples amérindiens, les Apurinà vivent en relation étroite avec la nature qui les entoure. Ils ne se voient pas comme vis-à-vis mais comme partie de la création. L’action veut accompagner et soutenir ce peuple dans leur lutte pour la sauvegarde de leur culture.

Armée du salut :
Le projet vient renforcer l’action du bureau d’accueil des femmes. Il s’agit de venir en aide aux jeunes mères ou futures jeunes mères à suivre une formation puis un accompagnement en vue d’une réinsertion dans la société. Ce bureau travaille dans un centre social de l’armée du Salut à Paramaribo. Il est réservé aux femmes, en particulier les jeunes mères qui ont du mal à faire face aux exigences de leur situation. Le ministère des affaires sociales veut soutenir l’action en envoyant des bénévoles professionnelles dont le suivi sera assuré par la direction du centre de l’Armée du Salut.

Mission 21 :
Aide d'urgence aux veuves et orphelins parmi les populations déplacées au Nigeria, la milice terroriste Boko Haram ayant causé dans le Nord-Est du Nigeria des souffrances indescriptibles et d'énormes dégâts sociaux et économiques. Mission 21 soutient, avec les partenaires locaux, les familles qui sont de retour.

  • Intercession :

Avec toutes les Eglises du monde, prions pour que nous restions persévérants dans la gérance de la création.

Beaucoup de choses ont changé et en beaucoup d'endroits, la nature n'est plus ce qu'elle était. Nous oublions que nous sommes seulement locataires de la terre. Seigneur, guide-nous pour que nous prenions en main ta création de façon responsable. Change notre esprit et notre comportement pour que nous puissions continuer à recycler, à réutiliser, à réduire les déchets. Aide-nous à sauver les vertes tortues de mer de ceux qui récoltent leurs œufs, entrainant la mise en danger de l'espèce. Aide-nous à défendre les populations qui dépendent de la forêt pour vivre. Que leurs ressources ne soient pas épuisées par l'exploitation abusive du bois.
Seigneur, écoute nos prières.

Dieu de la création, nous prions pour tous les habitants des communautés de l'intérieur des terres. Ils pêchent et vivent de ce que leur offrent les rivières. Mais ils se trouvent maintenant sur un territoire où l'extraction de l'or a contaminé l'environnement et pollué l'eau. Donne-nous le courage de prendre position et de plaider pour une législation qui stoppe l'usage irresponsable du mercure. Ce mercure empoisonne les rivières et les habitants. Les rivières doivent être propres pour l'avenir de l'humanité.
Seigneur, écoute nos prières.

Nous pensons aux habitants des zones côtières. La montée des eaux menace les arbres de la mangrove qui n'arrêtent plus l'érosion des terrains. Nous lançons un appel pour celles et ceux qui n'ont pas accès à l'eau potable. Nous demandons à nos dirigeants de rendre accessibles toutes les sources vives pour un accès durable à l'eau potable.
Seigneur, écoute nos prières.

Nous te prions pour les femmes seules et leurs enfants, Seigneur, aide-les à avoir la force de prendre soin de leur famille. Veille sur les jeunes et les enfants, pour que là où ils vivent, ils reçoivent une éducation de qualité qui les prépare à la vie. Aide-nous à trouver les ressources pour offrir une maison accueillante à celles et ceux qui doivent quitter leur famille pour poursuivre leurs études. Apprends-nous à faire preuve d'amour envers les jeunes, les mamans adolescentes et toute personne dans le besoin.
Seigneur, écoute nos prières.

Tu nous as placés dans le jardin et tu nous a donné toutes les plantes et les arbres pour notre nourriture. Donne-nous la sagesse pour cultiver et protéger les récoltes des inondations, de la sécheresse et même des produits chimiques. Nous prions aussi pour la sécurité dans les villes afin que chacun puisse circuler sans danger dans les rues, avoir un abri et de la nourriture.
Seigneur, écoute nos prières.

Dieu compatissant, il y a tellement de souffrance dans notre monde et en nous-même. Parfois, porter ce fardeau nous semble insupportable. Soutiens-nous dans ton amour, ainsi que celles et ceux qui marchent dans les ténèbres, le désespoir, la dépression. Apprends-nous à nous préoccuper de leur bien-être. Inspire-nous pour que nous puissions acquérir les compétences nécessaires, afin de plaider en faveur de plus de compassion dans les services de santé mentale et dans l'administration des traitements.
Seigneur, écoute nos prières.
Nous prions pour celles et ceux qui doivent migrer avec leur famille pour vivre en sécurité. Nous prions pour que nous nous accueillions mutuellement comme des être humains créés à l'image de Dieu. Aide-nous à mettre fin aux violences conjugales et aux abus sexuels dont sont victimes des enfants. Nous prions pour que davantage d'attention soit portée aux personnes handicapées. Guéris les drogués et les alcooliques.
Seigneur, écoute nos prières.

  • Engagement et Bénédiction :

Seigneur, tu nous as créés à ton image et à ta ressemblance et tu connais tous nos défauts. Nous te demandons d'accepter nos prières et de nous donner la clairvoyance et la sagesse pour sauver la création.

Nous nous engageons à prendre soin de la création en développant la sensibilisation au recyclage et à la vente de l'or à un prix équitable. Nous nous engageons à pratiquer un maraîchage non polluant et à travailler en faveur d'un accès à l'eau potable pour tous.

Chant final : à l'horizon, le jour s'éloigne

Merci à tous ceux qui ont préparé ou animé ce temps de prière.

Le temps convivial qui suit permet bien des échanges.