Index de l'article

♦ Avec « Croire » (groupe Bayard Presse)

Malgré tout !

Cette année, il faudra un sursaut de foi pour se souhaiter un "Joyeux Noël", non ? Le mois de décembre qui vient de s'écouler n'a pas été de tout repos, entre les violences des casseurs, les inquiétudes des gilets jaunes et celles des lycéens, l’attentat du marché de Noël de Strasbourg. Et pourtant, malgré tout, l’Évangile n'a de cesse d'encourager à s'engager vers le positif, l'avenir, le possible. Et non, ce n'est pas de l'angélisme ! C'est la force de l'espérance, en écho à l’Évangile de la messe du jour de Noël qui nous précise — dans une plus juste traduction que la traduction liturgique : "Au commencement était le Verbe et le Verbe était tourné vers Dieu et le Verbe était Dieu". Le Verbe était "tourné vers Dieu", c'est-à-dire : vers la vie ! Sans attendre Noël, acceptons sans attendre, cette belle invitation toute remplie d'espérance. Une espérance, malgré tout ! 

Sébastien Antoni, assomptionniste et journaliste à Croire

 ♦ Avec Notre Pape François (audience du 19 décembre 2018)

« Frères et sœurs,

A six jours de Noël, les décorations et les lumières rappellent partout que ce sera la fête. Mais quel Noël voudrait Dieu, quels cadeaux et quelles surprises ? En regardant le premier Noël de l’histoire, nous découvrons les goûts de Dieu. Qu’il s’agisse de Marie ou de Joseph, Noël a apporté dans leur vie des changements inattendus. Mais c’est dans la nuit de Noël que survient la plus grande des surprises : le Très-Haut est un petit bébé et la Parole de Dieu est un enfant, "incapable de parler", accueilli par de simples bergers et non pas par les autorités de l’époque ! Ainsi, Noël est la célébration de l’inédit de Dieu, ou mieux encore, d’un Dieu inédit qui renverse nos logiques et nos attentes. Et vivre Noël, c’est se laisser bousculer par ses surprenantes nouveautés. C’est accueillir la revanche de l’humilité sur l’arrogance, de la simplicité sur l’abondance, du silence sur le vacarme, de la prière sur mon temps, de Dieu sur mon ego! Malheureusement, on peut se tromper de fête et préférer à la nouveauté du Ciel la routine de la terre ! S’il vous plaît, ne faisons pas de Noël une fête mondaine et ne mettons pas de côté le Roi de la fête : ne nous laissons pas entraîner sur la voie des futilités, mais soyons des veilleurs en priant ! Comme Joseph, donnons de l’espace au silence ; comme Marie, ayons confiance en Dieu et disons-lui : "Me voici" ; comme Jésus, faisons-nous proches de celui qui est seul, du pauvre, pour trouver, à la suite des bergers, la lumière dans la pauvre grotte de Bethléem !

Je souhaite à tous un bon Noël, riche des surprises de Jésus ! Avec l’aide de Marie et de Joseph, Puissions-nous les accueillir, et ainsi faire nôtres les goûts de Dieu et nous laisser surprendre par eux.
Que Dieu vous bénisse ! »