Index de l'article

 

Le chemin de croix, ce qu'il est : une marche.
Marcher, c'est avec tout son corps, avec tout son être, risquer une expérience humaine et spirituelle. Marcher, c'est avancer par étapes, c'est chercher un sens à sa vie, c'est sortir de soi, c'est aller de l'avant...
Une marche pèlerinage à la suite du Christ, en communion avec tous les chrétiens... Une marche ponctuée de chants, de prières, de méditations, de témoignages , de silence...
Des personnes se relaieront pour porter une croix, une croix symbole majeur de cette journée, une croix symbole de mort et de vie, une croix symbole de l'espérance chrétienne pour nous aider à traverser toutes nos épreuves.
Une marche ouverte à tous et respectueuse de chacun, toutes générations confondues, avec notamment la présence d'enfants et de jeunes.
Une marche pour marquer l'importance pour les chrétiens, non seulement du Jeudi Saint mais des trois jours saints par excellence de l'année, Jeudi, Vendredi et Samedi Saints... Les chrétiens ne reconstituent pas, ne miment pas pendant trois jours les détails des évènements se la Passion et de la Résurrection du Christ. Ils célèbrent comme un tout, comme une source, comme un sommet, ces trois jours finalisés par la Résurrection. Il ne s'agit pas seulement d'un souvenir mais d'un mémorial, c'est-à-dire la réactualisation pour aujourd'hui des « évènements sauveurs » du passé.

Reprenons ce chemin de croix avec ses prières qui sont toujours d'actualité pour notre monde

1ère station : Jésus est condamné à mort.

« Voici l'Homme » Face à la puissance de Rome, à l'indifférence des soldats et à la haine des grands prêtres, Jésus se tient droit, debout et digne. Malgré les liens et les affronts, son visage rayonne la paix, la majesté, la beauté. c'est lui le prisonnier qui domine tout. Oui, voici l'Homme, celui qui est à l'image et à la ressemblance de Dieu.

Que le Seigneur Jésus impose ses mains sur nos yeux et souffle son Esprit Saint sur nos cœurs pour que nous sachions contempler l'invisible.. Alors, nous pourrons contempler le Père dans le visage de son Fils et nous pourrons contempler son Fils dans le visage de chaque frère qui est son image et sa ressemblance.

2ème station : Jésus est chargé de sa croix. 

Dieu et Père de Notre Seigneur Jésus Christ, tu ignores la rancune et tu ne connais que la miséricorde. Ne me rejette pas à cause de mes péchés innombrables. Tourne-toi vers moi, regarde-moi, dirige vers toi tous mes désirs. Apprends-moi à mettre en toi toute ma confiance, à t'aimer de tout mon être pour que ma vie s'accomplisse en toi, mon créateur et mon Dieu.

3ème station : Jésus tombe pour la première fois.

Jésus, flagellé, couronné d'épines, est épuisé. La Croix est lourde et la route monte, alors il tombe. Le voici, un genou à terre, une main en avant pour tenter de se retenir, à bout de forces physiques et morales. L'Homme digne et debout est devenu ce condamné sali et agenouillé.

Je veux maintenant te rendre grâce. Comme un Père, tu as envoyé ton Fils, ton Unique.
Tu l'as envoyé, Dieu au milieu des hommes,
Tu l'as envoyé, Dieu Saint au milieu des pécheurs,
Tu l'as envoyé, Dieu Fort au milieu des faibles
Tu l'as envoyé, Dieu Immortel à la rencontre de la mort.
Tu l'as envoyé pour appeler et non pas pour chasser,
Tu l'as envoyé pour aimer et non pas pour juger,
Tu l'as envoyé pour compatir et non pas pour condamner.
A toi l'action de grâce, Père, pour ton enfant bien-aimé
qui prend sur lui notre faiblesse pour nous relever de notre péché.
(Un moine du Vème siècle)

4ème station : Jésus rencontre sa mère.

Au milieu de la foule, les voici face à face. Ils se regardent et ils tendent leurs mains l'un vers l'autre. Marie est celle qui a cru. Dans la paix de l'Annonciation, dans la joie de Noël, dans la peine du départ de Nazareth et maintenant dans la nuit de la Croix, elle s'appuie sur Dieu, lui fait confiance, lui renouvelle son OUI.

Seigneur notre Dieu, ton Fils, en mourant sur la Croix, a voulu nous donner la Vierge Marie pour Mère et modèle. Apprends-nous à nous ouvrir comme elle à ta présence et à nous mettre, comme elle, aujourd'hui et toujours, à ton service ; par Jésus, le Christ notre Seigneur.

5ème station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix.

Simon, contraint et forcé, donne un coup de main. Une fois le condamné arrivé au lieu d'exécution, va-t-il repartir comme il était venu ? Il semble bien que non, qu'il se soit alors passé quelque chose puisque ce Simon nous est aussi connu comme le père d'Alexander et de Rufus, deux chrétiens de la toute première Église. Ainsi cette rencontre est venue bouleverser sa vie et ce simple "coup de main" a changé sa vie.

Seigneur Jésus, apprends-nous à être généreux, à servir Dieu et les autres, à donner sans compter, à travailler sans chercher le repos, à nous dépenser pour les autres sans attendre d'autre récompense que d'accomplir Ta volonté.
(St Ignace de Loyola)


(Plusieurs Simon se sont portés volontaires pour porter la croix avec Mgr Aillet)

6ème station : Véronique essuie le visage de Jésus.

Elle est là, face à Jésus portant sa Croix. Elle tient dans ses mains le linge où s'est imprimé la Sainte Face. Et cette Face n'est plus le visage ensanglanté et souillé du condamné, c'est la face radieuse, digne et lumineuse de l'Homme de la première station. C'est le visage du Dieu-fait-Homme.

Garde-moi dans l'état où tu m'as fait briller jadis, libéré de mes souillures lorsque j'ai été baptisé dans les eaux du Jourdain. Tout ce qui, depuis ce jour, a obscurci ma vie, toi, Christ, Soleil Levant, éclaire-moi de ton visage serein. Toi, le Dieu Saint, toi qui change la nuit en jour, efface tous mes péchés et lave-moi, pour que je retrouve la lumière du jour de mon baptême.
(Prudence)

 

7ème station : Jésus tombe pour deuxième fois.

Jésus apparait encore plus accablé, épuisé, la Croix est de plus en plus lourde, alors c'est une nouvelle chute inévitable. Les soldats ont écarté les mains amies qui auraient pu l'aider, le soutenir, et il est seul sous le poids de la Croix, de nos souffrances, de nos douleurs, de nos fautes.

Ô Dieu tout puissant, qui a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qu'ils renferment, secours-moi, aie pitié de moi, sauve-moi et lave-moi de mes péchés. Relève-moi par ta droite. Souviens-toi de moi en ce monde et dans le monde à venir, par la Passion de Notre Seigneur  et Sauveur Jésus Christ, par qui est la gloire et la puissance pour les siècles des siècles.
(Papyrus du IVème siècle)

 

8ème station : Jésus parle aux femmes qui le suivent.

Les femmes qui ont suivi Jésus depuis la Galilée ainsi que les femmes de Jérusalem continuent de l'accompagner. Elles se lamentent car ce qui lui arrive est tellement injuste. Mais que peuvent-elles faire d'autre que de pleurer sur son sort ? Jésus s'arrête et se retourne. Sa seule phrase d reproche ne sera ni pour Pierre, ni pour les soldats, ni pour Pilate, mais pour ces femmes qui pleurent sur lui : « Femmes de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous et sur vos enfants »

Seigneur, tu as voulu que tous les hommes soient les membres solidaires de ta famille et que chacun ait sa place dans le monde. Remplis mon cœur de ton amour afin que je me passionne pour le sort de mes frères, spécialement les plus pauvres et les plus petits. Ainsi, je participerai à l'achèvement de ta création, en Jésus Christ ton Fils et le Frère de chaque homme.

 9ème station : Jésus tombe pour la troisième fois.

Il est là, le Fils de Dieu, écrasé pour la troisième fois par le péché des hommes. Il est loin, l'homme qui se tenait debout, droit et digne, devant Pilate et son tribunal. Le psaume avait bien raison de dire que le Serviteur souffrant, ainsi couché à terre, ressemble à un ver et non plus à un être humain. Cette fois, il ne peut pas tomber plus bas et tout semble bien fini.

Pourquoi m'abandonner, ô mon Dieu, si tu es mon Père ?
Pourquoi ne pas me répondre si tu entends mon cri ?
Pourquoi rester si loin de moi si tu es Dieu de tendresse ?
Ne reste pas silencieux, mais sauve-moi.
Je suis descendu au fond de l'abîme ! Tends-moi la main.
Alors je pourrai me relever et chanter ta miséricorde, aujourd'hui et toujours.

10ème station : Jésus est dépouillé de ses vêtements.

Le condamné à mort arrive enfin sur la petite colline du Golgotha où doit avoir lieu la crucifixion. Mais avant il faut aller jusqu'au bout du manque de respect. Les romains ont en effet imaginé ce qui est la suprême humiliation pour un juif : lui arracher ses vêtements et l'exposer, nu, aux yeux de tous. La Croix est à terre et Jésus ouvre les mains pour se laisser enlever sa tunique sans couture. A nouveau, voici l'Homme, digne et beau, qui domine toute la scène. On ne lui enlève rien, bien au contraire, c'est lui qui donne tout. Revêtu seulement de son amour, il domine la scène et est plus grand que tous.

Dieu qui es attentif à nos demandes, entends le cri de tout homme : la plainte du prisonnier, du persécuté, du malade, de celui qui est désespéré, de celui qui n'a plus rien. Reconnais dans ce cri du pauvre l'appel de Jésus. Délivre-le comme tu as délivré ton Fils et change sa nuit en lumière.

 

11ème station : Jésus est Cloué sur la croix.

Les quatre membres de Jésus sont brutalement cloués. Ses ennemis ricanent : le voilà donc celui qui se disait Fils de Dieu ! Ses amis ne peuvent que pleurer : le voilà donc celui en qui ils avaient mis leur espoir. Maintenant qu'il est attaché, il ne peut plus rien, sauf une chose : pardonner. Et ce pardon change tout. Le Christ était écrasé sous la Croix, accablé par elle, maintenant il est couché sur elle, déjà victorieux du péché e de la mort.

Tu es pour moi un père et une mère. Tu es pour moi un frère et un ami, un maître et un serviteur. Tu es tout pour moi et je suis tout pour toi. Aussi, j'ose te demander ce que tu m'as promis, ô Christ, toi l'agneau sans tache. Donne-moi le pardon que tu m'as assuré en mourant sur la Croix, alors, sanctifié par l'Esprit, je pourrai glorifier le Père aujourd'hui, demain et toujours.
(Actes apocryphes de Pierre)

12ème station : Jésus meurt sur la croix.

Le Christ élevé sur la Croix dit sa dernière parole : « Tout est accompli ». Non pas tout est fini, mais tout est arrivé maintenant à son achèvement, à sa réussite. Ce qui était annoncé au début de ce chemin de Croix est enfin réalisé car, en mourant, il livre son esprit, il donne ce qui le faisait vivre : !'Esprit Saint qui l'unit au Père, l'Esprit qui pardonne, l'Esprit qui sanctifie. Le vieux monde est achevé et la création nouvelle commence.

Avec toi, Seigneur Jésus, prêtre éternel, nous sommes assurés de ne manquer jamais de rien. Par ta Croix, tu nous fais renaitre dans les eaux du baptême. Par ta mort, tu répands abondamment ton Esprit Saint. Par ton Église, tu nous prépares la table de ton Corps et de ton Sang. Conduis-nous, au-delà de la mort, jusque dans la maison du Père où tout est vie, lumière et amour.

13ème station : Jésus est descendu de la croix.

La foule s'est éloignée et c'est le moment du silence et du recueillement. Marie est là. Elle avait reçu de l'ange Gabriel la promesse d'un enfant. A nouveau, elle ouvre les mains, mais c'est pour recevoir un cadavre. Il y a aussi quelques amis restés fidèles : Joseph d'Arimathie, le notable juif loyal et courageux, Nicodème, le pharisien chercheur de Dieu, Marie-Madeleine, la pécheresse pardonnée et aimante, Jean, le disciple bien-aimé présent jusqu'à la fin. Ce petit groupe de cinq personnes constitue les seuls fidèles du soir du Vendredi Saint, le groupe des croyants, la première petite Église, chacun à sa place, chacun avec sa mission.

Seigneur, pour que l’œuvre du Christ se poursuive jusqu'à la fin des temps, tu as fait de ton Église le signe de ton salut, que tu offres à tous les hommes. Ouvre notre intelligence et fais comprendre à chacun de nous que tu nous as choisis pour annoncer ta Bonne Nouvelle, et pour tenir sa place dans la mission de L’Église.
(Prière pour l’Évangélisation)

14ème station : Jésus est mis au tombeau.

Un grand trou noir dans le rocher, un triste cortège portant un cadavre, quelques femmes éplorées, bientôt une lourde pierre va fermer l'entrée de la tombe. A vue humaine, tout est vraiment fini, mais c'est là que commence à germer le "grain tombé en terre". La puissance de Dieu est celle de son Amour fou. Folie qui se révèle par une naissance dans la Grotte de Noël, folie qui éclate comme un feu d'artifice dans la Grotte du tombeau.

Dieu notre Père, que ton Esprit Saint descende avec abondance sur ceux qui viennent de célébrer la Passion et la mort de ton Fils, dans l'espérance de leur propre résurrection. Accorde-leur le pardon de leur péché, le réconfort dans la détresse et l'espérance dans les épreuves. Augmente leur foi et ouvre-leur les portes de ton amour.

15ème station : Christ est ressuscité des morts.

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu » (Jn 20, 29)

Jésus Christ, tu nous as dit : « Je suis la Voie, la Vérité, la Vie »
Jésus Christ, tu nous as dit : « Je suis la Résurrection »
Jésus Christ, tu nous as dit : « Celui qui croit en moi aura la vie »
Jésus Christ, tu es le but de notre pèlerinage,
Jésus Christ, tu es la vie,
tu es la lumière du monde,
tu es présent au milieu de nous,
tu veux que nous ne fassions qu'un avec toi,
tu es le Christ, l'Emmanuel, le Dieu avec nous.

Beacoup de joie à la fin !